/misc
Navigation

L’extermination des «Peaux-Rouges» de Terre-Neuve

Image supposée de Shanawdithit, la dernière Béothuk
Photo Wikipédia Image supposée de Shanawdithit, la dernière Béothuk

Coup d'oeil sur cet article

Mon blogue sur le prétendu génocide autochtone a suscité beaucoup de commentaires. Le Québec est la seule province spécifiquement dénoncée dans le rapport sur le génocide des femmes autochtones alors qu’un VRAI génocide ciblant des autochtones dans la province d’à côté, Terre-Neuve, est passé sous silence. Pourquoi? C’est probablement rentable médiatiquement, vu l’aversion et le mépris actuel de tout ce qui est Québécois au Canada anglais.

Justin Trudeau devrait non seulement s’en excuser, mais aussi faire construire à Saint John un mémorial dédié aux autochtones de l’île exterminés jusqu’au dernier par les colons anglais. Voici l’épouvantable crime que les manuels scolaires cachent aux écoliers de cette province.

Les Béothuks de Terre-Neuve sont parmi les premiers autochtones en contact avec les Européens. Ils se peignent le visage en rouge et sont à l’origine du terme «Peaux-Rouges» pour désigner les Amérindiens. Ils s’entendent bien avec les premiers Européens, qui fréquentent les bancs de Terre-Neuve, Français et Portugais avec qui ils commercent. 

L’établissement des Anglais dans l’île va tout changer. Les Béothuks vivent le long des côtes d’où ils sont férocement expulsés par les Anglais. «Les Terre-neuviens chassent les Indiens comme s’ils étaient des bêtes sauvages et les tuent à vue», écrit le grand écrivain canadien Stephen Leacock.  Tuer des Béothuks devient un sport national. Pour les colons anglais, ce sont des bêtes nuisibles dont il faut débarrasser l’île. Dans leur rage exterminatrice, les Terre-neuviens vont commettre d’épouvantables exactions contre les Béothuks

Le plus grand massacre d’autochtones a eu lieu près de Hant's Harbour, dans la baie de Trinity, où des colons anglais se sont attaqués à un campement de Béothuks et y ont assassiné tous les hommes, femmes et enfants. Bien qu'il n'y ait pas de décompte exact du nombre de personnes tuées, il est estimé à environ 400.

Les meurtres collectifs d’Indiens prennent une telle ampleur que les autorités britanniques décident en 1769 de faire du meurtre d’un Béothuk un crime punissable de mort. La proclamation du gouverneur John Byron interdit la persécution et le meurtre des Béothuks et instaure diverses sanctions contre la violence envers eux. Parce que les tueurs d’autochtones jouissent de la sympathie de l’ensemble de la population terre-neuvienne, il était difficile de recruter des jurés locaux qui n’aient pas eux-mêmes participé au génocide. La proclamation de Byron stipule donc que les personnes accusées du meurtre d’un Béothuk seront transportées en Angleterre pour y subir leur procès.

Malgré la proclamation royale de 1769, le génocide des indigènes de Terre-Neuve va se poursuivre. Près de 40 ans plus tard en 1807, le gouverneur John Holloway émet de nouveau une proclamation interdisant, la persécution des Béothuks et offre une récompense pour toute information sur de telles outrances.

En dépit de ces proclamations, personne n'a jamais été puni pour avoir tué un Béothuk.

Leur extinction sera complète en 1829 lorsque meurt Shanawdithit la dernière Béothuk. Elle était l’esclave d’une famille de colons anglais exactement comme les Noires dans le sud des États-Unis. Dernier spécimen d’une race maintenant éteinte, la tête de Shanawdithit, conservée pour étude, fut présentée en 1831 à Londres à Sir Thomas Cochrane du Royal College of Physicians. Le crane passa au Royal College of Surgeons en 1938.

James Howley rapporte dans son livre The Beothucks or Red Indians, que de vieux Terre-Neuviens nostalgiques se vantaient encore à la fin du XIXe siècle d’avoir participé à des tueries de Béothuks comme des chasseurs fiers de leurs exploits.

Terre-Neuve refuse encore aujourd’hui de confronter ces horreurs abominables de son passé.  Sur la délicate question de la disparition de la nation béothuk, on nie le génocide, comme les Turcs pour les Arméniens. On l’attribue à une multitude de facteurs complexes plutôt que d’accepter la vérité historique de l’extermination systématique de ce peuple par des colons anglais haineux.