/news/currentevents
Navigation

Une fillette aurait été agressée par un ex-enquêteur de la GRC

L’homme de Blainville fait face à plusieurs accusations d’ordre sexuel

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien enquêteur de la Gendarmerie royale du Canada fait face à de graves accusations d’agression sexuelle sur une très jeune fillette ainsi que de production de pornographie juvénile.

Roger Legault, 49 ans, a été formellement accusé mercredi au palais de justice de Saint-Jérôme.

L’homme de Blainville n’était toutefois pas présent, étant représenté par son avocat. Il n’a pas enregistré de plaidoyer de culpabilité ou non. 

Il fait face à quatre chefs d’accusation distincts, soit d’agression sexuelle, de contacts sexuels et d’incitation à des contacts sexuels et de production et publication de pornographie juvénile.

Jeune victime

Les faits qui lui sont reprochés se seraient produits sur une période d’un an, soit entre le 1er janvier et le 31 décembre 2001, selon l’acte d’accusation. 

Le document révèle également que la jeune victime dans cette affaire aurait donc eu entre deux et trois ans au moment des faits présumés. 

Devant le tribunal, le lien entre la victime alléguée, dont il est impossible de dévoiler l’identité en vertu d’un interdit de publication, et son agresseur n’a pas été évoqué. 

L’enquête de la police de Blainville avait débuté en décembre dernier.  

Enquêteur à la GRC

Roger Legault est un enquêteur à la division de Montréal de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), selon TVA Nouvelles.

Le corps policier pancanadien a indiqué au réseau de télévision que Legault a été engagé en 2001, mais qu’il avait démissionné au début de l’année. 

« On désire le plus possible se distancer de cet ex-employé », a-t-on écrit. 

La GRC n’a toutefois pas voulu révéler les motifs de son départ. 

Selon les informations de TVA Nouvelles, le policier aurait commis des « gestes inappropriés » à au moins deux reprises dans le cadre de ses fonctions. 

Rencontré mercredi à son domicile, l’accusé n’a pas voulu répondre aux questions ni faire de commentaires.

– Avec la collaboration d’Elizabeth Laplante, Agence QMI

La cause de Roger Legault a été reportée au 24 juillet au palais de justice de Saint-Jérôme.