/sports/soccer
Navigation

«Clairement la meilleure équipe canadienne que j’ai vue» - Samuel Piette

«Clairement la meilleure équipe canadienne que j’ai vue» - Samuel Piette
PIerre-Paul Poulin / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe canadienne masculine de soccer, classée 78e au classement mondial de la FIFA, dispute son premier match de la Gold Cup ce samedi contre la Martinique.

Le tournoi met aux prises les 16 meilleures sélections de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes affiliées à la CONCACAF et se déroule conjointement aux États-Unis, au Costa Rica et en Jamaïque du 15 juin au 7 juillet.

Le Canada fait partie d'un groupe incluant bien sûr la Martinique, mais aussi le Mexique et Cuba.

Fier représentant de l’unifolié, le milieu de terrain Samuel Piette se dit très confiant en vue de la compétition et aime beaucoup ce qu’il voit de sa formation.

«Il y a beaucoup de confiance au sein du groupe. Les derniers résultats nous ont fait du bien. On a très hâte de commencer le tournoi et de se mesurer à des équipes prêtes à compétitionner.»

Une équipe solide

Lorsqu’on lui demande à quel point les représentants canadiens seront compétitifs cette année, Piette y va d’une réponse des plus révélatrices.

«C’est clairement la meilleure formation que j’ai vue depuis mon arrivée avec l’équipe... et de loin! On est très forts, mais aussi très jeunes. On a aussi une belle profondeur. Ça regarde bien pour la Coupe du Monde de 2022, mais aussi pour celle de 2026 qui aura notamment lieu chez nous.»

Le no 6 de l’Impact cible d’ailleurs deux secteurs où le Canada tirera son épingle du jeu.

«En milieu de terrain et en attaque, assurément. Nos joueurs amènent tous quelque chose de différent et rendent notre équipe imprévisible. Les Scott Arfield et Atiba Hutchinson sont des légendes du soccer canadien et peuvent évoluer partout.»

Pour ceux qui ne seraient pas à jour dans leurs connaissances des joueurs de l’équipe canadienne, on retrouve notamment au sein du groupe Alphonso Davies (ancien joueur des Whitecaps appartenant aujourd’hui au prestigieux Bayern Munich), Ballou Tabla (ancien de l’Impact évoluant maintenant dans l’organisation du FC Barcelone) et Cyle Larin (ancien du Orlando City SC ayant inscrit 17 buts à sa première saison en MLS).

Lorsque les gens parlent de l’équipe nationale de soccer, une question revient régulièrement. À quel point sommes-nous loin des équipes de pointe au niveau mondial (France, Belgique, Brésil)?

Piette, très posé, livre une opinion très lucide à ce sujet.

«C’est dur à dire, car on n’a toujours pas affronté ce genre d’équipe avec notre club actuel. Cependant, avec les autres équipes canadiennes que j’ai connues, oui, on était quand même assez loin de ces équipes. Nous n’avions pas une équipe complète. Nous avions certains bons joueurs, mais nous avions aussi des joueurs sans club, ce qui n’est vraiment pas coutume pour une équipe nationale.»

Le milieu de terrain enchaîne toutefois avec un point encourageant.

«Je pense qu’avec les nouveaux entraîneurs qu’on a, ainsi que la nouvelle mentalité et la nouvelle approche du programme et l’effectif actuel, on se rapproche tranquillement des grosses équipes. Cependant, il faut les affronter pour le confirmer.»

«Un honneur»

Le Canada compte près de 900 000 joueurs de soccer. De ce nombre, seulement 23 composent l’équipe nationale. Âgé de 24 ans, Samuel Piette en est conscient et profite de chaque moment.

«Représenter mon pays est un privilège, un honneur. Beaucoup de joueurs rêveraient de faire partie de cette équipe, alors d'être dans les 23 meilleurs, c’est pour moi un grand accomplissement. Quand j’étais jeune, je rêvais de représenter le Canada, mais je ne croyais pas que cela pourrait un jour être possible. Porter le maillot rouge avec la feuille d’érable est un rêve accompli.»