/opinion/columnists
Navigation

Du gros niaisage niaiseux

Du gros niaisage niaiseux
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Les opposants à la loi 21 ont trouvé une nouvelle façon de mettre le gouvernement dans l’embarras...

« C’est bien beau, bannir les signes religieux, mais est-ce que ça veut dire qu’on va devoir bannir les alliances ? Après tout, c’est un bijou qui a une signification religieuse ! »

DU SABLE DANS L’ENGRENAGE

Il y a une expression pour désigner ce genre de stratégie.

Une expression vulgaire, grossière, mais que tous les Québécois connaissent...

Fucker le chien.

Ce qui, en bon français, veut dire : niaiser, perdre son temps, semer la pagaille, foutre le bordel, enculer des mouches.

Bref, compliquer une situation pour rien.

« Ça zigonne, ça fuck le chien, maudite pâte molle », comme le chantait Charlebois dans Mon pays.

Maudit gros niaisage niaiseux.

On est rendu là ? Pour vrai ? C’est tout ce que vous avez trouvé, les amis ?

« Regardez, à cause du méchant gouvernement, on va devoir bannir les alliances, na na na... » ?

My God.

On dirait des enfants de sept ans dans la cour d’école...

C’est quoi, la suite ? Vous allez dire que Chantal Lacroix et Andrée Lachapelle devront changer de nom ?

C’est tout ce que je déteste en politique.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Prendre plaisir à lancer des garnottes dans le visage de ses adversaires, juste pour les embêter.

S’amuser à mettre du sable dans l’engrenage.

Tenter de gagner avec des arguments futiles. Comme un avocat qui essaie de faire avorter un procès en disant que l’arrestation de son client était illégale, car les policiers n’avaient pas enlevé leurs souliers quand ils sont entrés dans sa maison...

LES MAUVAIS PERDANTS

Les signes religieux, c’est comme la porno : c’est difficile à décrire, mais quand tu en vois, tu sais que c’est ça.

Un crucifix. Un voile. Un turban. Une kippa. Un médaillon de Raël.

Pas besoin d’avoir la tête à Papineau !

Sept Québécois sur dix appuient cette loi, et tout ce que vous trouvez à faire est de dessiner des fleurs dans le tapis en espérant que le PM s’enfarge dedans ?

Pathétique.

Ça fait des années qu’on niaise avec ce dossier, peut-on passer à autre chose ?

Comme Denise Bombardier l’a écrit : après des années d’inaction, nous avons enfin un premier ministre pragmatique qui a eu le courage de soumettre un projet de loi modéré pour mettre un terme à ce débat qui dure depuis beaucoup trop longtemps, et ce projet de loi est appuyé par une large majorité de la population.

Bref, vous avez perdu.

Arrêtez de brailler et ramassez-­vous !

Cessez d’essayer de gagner du temps avec des arguments bidon comme les alliances !

À COURT D’ARGUMENTS

L’opposition est tellement rendue à bout d’arguments valides que l’autre jour, le PLQ a refusé de voter pour un amendement proposé par une de ses députées (Paule Robitaille), tellement il était bâclé et ne tenait pas debout !

La députée de Bourassa-Sauvé était prête à affaiblir les pouvoirs du Québec pour barrer la route au projet de loi 21 !

Ça fait désespéré pas pour rire...

C’est une chose de s’opposer à un projet de loi par principe.

C’en est une autre de multiplier les arguments stupides juste pour ralentir les travaux.