/opinion/blogs/columnists
Navigation

Quand Montréal rejette le Québec

Tout cela n'est pas surprenant

Quand Montréal rejette le Québec

Coup d'oeil sur cet article

On s’est d’abord demandé si on avait manqué quelque chose: à Montréal, dans l’arrondissement du Sud-Ouest, il semble bien qu’on fêtera cette année non pas la Fête nationale mais le Solstice d’été. Toute la journée, hier, la nouvelle circulait sur les réseaux sociaux, sans qu’on ne sache exactement tous les éléments de la controverse. S’agissait-il d’une bête erreur de communication, attribuable à des communicants incultes ne se rendant pas compte qu’ils piétinent leur peuple en voulant faire moderne? Ou est-ce qu’à Montréal, certaines autorités ont véritablement décidé de neutraliser la Fête nationale, de la dissimuler, et même, sur le plan symbolique, de l’abolir? Il semble bien que ce soit le cas. Ce n’était pas une erreur. 

Nous aurions dû le savoir. Benoit Dorais, le maire de l’arrondissement, avait déjà vendu la mèche début juin, comme on l’apprend dans le Journal de Montréal . «La Fête nationale du Québec est déjà très populaire dans notre arrondissement. Nous voyons maintenant plus grand avec le Festival qui souligne la richesse de nos racines dans un cadre inclusif et rassembleur. Nous invitons nos concitoyens et les Montréalais de toutes origines à venir fêter avec nous et à profiter de l’occasion pour découvrir les beautés et attraits du Sud-Ouest ». En d’autres mots, pour être vraiment inclusif et ouvert à la diversité, il faut sortir des paramètres de la Fête nationale. Pour embrasser l’identité montréalaise, il faut transcender, et même effacer, l’identité québécoise. Il faut expulser symboliquement le Québec de Montréal pour que la métropole puisse enfin se poser comme une cité-État délivrée d’un cadre national qu’elle juge étouffant. Cette tendance, précisions-le, ne date pas d'hier. Cela fait plus d'une décennie qu'elle se construit à la manière d'une idéologie structurée. 

Mais la stupéfaction populaire a porté et le Festival du Solstice d’été ajoutera désormais à son visuel la référence à la Fête nationale. On appelle cela une concession minimaliste. On appelle ça un retour au bon sens le plus élémentaire. Évitons toutefois de crier victoire. Comme qui dirait, c'est l'intention qui compte. Car un tel événement nous montre bien que le rejet du Québec est une tentation forte chez les nouvelles élites de la métropole. Entre une Valérie Plante qui peut simplement oublier de parler français dans un discours et qui se sent manifestement mal à l’aise devant le drapeau du Québec, et un Benoit Dorais, qui veut remplacer la référence nationale par un multiculturalisme militant sous le signe du solstice d’été, on comprend que c’est le peuple québécois qui est rejeté. Et ce qui est encore mieux, c’est qu’il est rejeté au nom de l’ouverture et de la diversité.