/finance/business
Navigation

Un développement immobilier de 100 M$ dans La Haute-Saint-Charles

Un promoteur de Val-Bélair en discussion avec la Ville

Québec, le
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau développement immobilier évalué à 100 M$, comprenant plus d’une centaine d’unités résidentielles, pourrait sortir de terre dans l’arrondissement de La Haute-Saint-Charles au cours des prochaines années.  

L’entreprise Les Contemporains Val-Bélair, dirigée par l’homme d’affaires Pierre Glackmeyer, est en pourparlers avec la Ville depuis quelque temps afin de faire agrandir le périmètre urbain dans ce secteur.  

Le développement serait réalisé entre la rue du Grand-Bourg et la route de l’Aéroport, à proximité des quartiers résidentiels existants.  

Québec, le
Photo courtoisie

Joint par Le Journal, M. Glackmeyer affirme qu’il est propriétaire du site de 164 974 mètres carrés depuis 2005. Il veut maintenant finaliser ses démarches en collaboration avec la municipalité pour démarrer les travaux «le plus tôt possible».  

Respectueux de l’environnement  

Le promoteur indique qu’il souhaite réaliser un développement respectueux de l’environnement, qui répond aux normes du secteur.  

Selon des documents publics, on peut notamment lire qu’il songe à installer des luminaires à l’énergie solaire dans les rues et que chaque terrain sera aménagé avec des équipements de rétention des eaux pluviales.  

«C’est un projet qui sera accessible pour les jeunes couples avec de grands terrains. On veut faire quelque chose d’exemplaire. On veut un développement plus écologique», avance M. Glackmeyer, qui travaille aussi comme courtier immobilier. «Pour le moment, je suis toujours en discussions avec la Ville. J’ai récemment mandaté un lobbyiste», poursuit-il.  

L’entreprise Les Contemporains Val-Bélair projette pour ce site, qui est situé à l’intérieur du bassin versant de la rivière Saint-Charles, la construction d’environ 105 maisons unifamiliales, 30 maisons en rangée et des jumelées ainsi qu’une garderie et un parc. Selon les plans du développeur, environ 40% des espaces verts seraient conservés.  

Québec, le
Photo courtoisie

Mémoire  

En 2016, la compagnie avait déposé un mémoire présentant son projet à la Ville de Québec. La première mouture du développement avait été dessinée par la firme Lemay+DAA.  

«Nous souhaitons maximiser la création d’espaces verts, de parcs publics et de réseaux piétonniers et cyclables, de manière à créer un environnement paysager de qualité propice aux déplacements pédestre et cycliste. L’architecture des bâtiments devra par ailleurs mettre en valeur le bon goût et l’usage de matériaux durables», faisait alors valoir le promoteur.  

M. Glackmeyer n’est pas à ses premiers pas dans le monde de l’immobilier. Il a participé à plusieurs développements d’envergure, notamment celui du Mont-Tourbillon, de la Montagne des Roches et du Boisé du Saint-Laurent, à Lévis.