/finance/business
Navigation

Un nouveau vignoble voit le jour à l’île d’Orléans

L’entreprise prévoit produire à terme 30 000 bouteilles annuellement

Christiane Grégoire et Jacques Blouin à leur vignoble de l’île d’Orléans, hier. Ils tiennent fièrement deux bouteilles de leurs vins.
Photo Jean-Francois Desgagnés Christiane Grégoire et Jacques Blouin à leur vignoble de l’île d’Orléans, hier. Ils tiennent fièrement deux bouteilles de leurs vins.

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau vignoble ouvrira ses portes demain à l’île d’Orléans. À terme, l’entreprise Saint-Pierre Le Vignoble prévoit produire annuellement environ 30 000 bouteilles de vin.

Contacté par Le Journal, le copropriétaire depuis 1999 du site d’environ 11 hectares, Jacques Blouin, prévoit en exploiter cinq. Ce dernier parle de cette aventure d’environ 750 000 $ comme d’un projet de retraite avec sa conjointe Christiane Grégoire.

« Nous sommes des amoureux de la terre et nous aimons le contact avec le public. Nous voulions être capables de nous amuser et d’avoir en même temps un projet rentable », raconte celui qui a été durant des années le patron de la compagnie lévisienne Supermétal. D’ailleurs, il siège toujours au conseil d’administration.

Hier, lors de son entrevue, M. Blouin travaillait justement sur ses terres. Il a aujourd’hui deux employés pour l’épauler dans sa nouvelle passion. Ils répondront aux clients à la boutique.

Première production

Pour sa première cuvée, Saint-Pierre Le Vignoble a produit deux blancs (Envol et Rêverie), un rouge (Soleil couchant) ainsi qu’un rosé (Rosée matinale). Le vin blanc mousseux (Allégro) ne sera disponible pour la vente qu’au printemps 2020.

À partir de demain, 5000 des 6000 bouteilles produites en 2018 seront disponibles à sa boutique au 1007 chemin Royal, à Saint-Pierre.

« On voit que l’industrie vinicole est en plein essor au Québec », dit-il. « Les vignerons sont bien accompagnés par des professionnels. Produire du vin, c’est relativement facile, mais produire un bon vin, c’est plus compliqué », ajoute-t-il.

C’est pourquoi l’entreprise Saint-Pierre Le Vignoble s’est associée avec l’œnologue Jérémie d’Hauteville pour faire ses premiers pas. La plantation des vignes a commencé en 2013. Depuis, chaque année, de nouveaux plants sont ajoutés.

« Il nous reste deux ou trois phases de plantation pour occuper l’ensemble des cinq hectares. À terme, on prévoit produire majoritairement du vin blanc », affirme M. Blouin.

« Deux de nos vins (Rêverie et Rosée matinale) ont déjà remporté des médailles d’or au concours la Coupe des Nations », poursuit-il.

La ferme La Rosacée

Avant 2013, ce site connu comme la ferme La Rosacée était dédié à la culture des petits fruits. Il est situé à l’extrémité ouest de Saint-Pierre et à la limite de Sainte-Pétronille.

M. Blouin n’a pas l’intention d’offrir ses produits sur les tablettes de la Société des alcools du Québec. Il souhaite conserver une entreprise « à l’échelle artisanale ».

« Notre objectif est vraiment de faire vivre aux clients une expérience récréotouristique intéressante. Nous avons un site exceptionnel avec un vin de qualité », conclut-il.