/news/society
Navigation

Une nouvelle vague de migrants en Montérégie?

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-BERNARD-DE-LACOLLE | Au lendemain du reportage de TVA Nouvelles sur une recrudescence des entrées irrégulières observées depuis dimanche sur le chemin Roxham, en Montérégie, les autorités chargées d’accueillir et d’héberger temporairement les migrants dans la métropole se disent prêtes à réagir rapidement dans l’éventualité où il y aurait une vague semblable à celle de 2017.

Au total, 83 demandeurs d’asile sont passés par le chemin Roxham, en Montérégie, dans la seule journée de mercredi, selon nos informations. Plusieurs d’entre eux proviennent de pays africains, notamment du Nigeria et de la République du Congo, ou encore de l’Inde, d’Haïti ou du Mexique.

D’ailleurs, au YMCA de la rue Tupper, à Westmount, 539 lits sont occupés par des migrants, ce qui en laisse 100 de disponibles.

À l’ancien Hôpital Royal Victoria, on compte 176 lits occupés par des demandeurs d’asile sur une capacité totale de 900.

En cas de débordement au cours de l’été, d’autres bâtiments sont disponibles.

De leur côté, les fonctionnaires provinciaux ont reçu la consigne de se préparer à toute éventualité.

«Je pense que l’employeur a vu depuis l’année passée, il a sûrement pris des leçons, parce que maintenant, ils peuvent faire appel à plein de gens dans les autres bureaux, si ça déborde», a expliqué Marie-Claire Baigner du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec.

Ce développement a aussi donné lieu à des échanges animés à la Chambre des communes à Ottawa jeudi.

«Nous apprenons par les médias que les entrées illégales quotidiennes au chemin Roxham ont pratiquement doublé», a déploré le député conservateur de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus.

«De plus, la grande majorité de ces demandes sont faites par des gens qui quittent les États-Unis, un pays où il n’y a pas de guerre civile, pas de famine et où les services sociaux sont incomparables. Pourquoi le premier ministre essaie de faire croire aux Canadiens que ces gens sont de vrais réfugiés?» a poursuivi l'élu de la région de Québec.

La réplique du Parti libéral du Canada est venue de Peter Schiefke, député de Vaudreuil-Soulanges et secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité frontalière et de la réduction du crime organisé. «Depuis l’an dernier, le nombre de demandeurs d’asile qui se présentent à notre frontière d’une façon irrégulière a diminué de 45 %», a-t-il indiqué.

- D'après les informations d'Yves Poirier