/sports/baseball/capitales
Navigation

«Je veux aider les Caps à retourner au sommet» - Scott Richmond

«Je veux aider les Caps à retourner au sommet» - Scott Richmond
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

L’édition 2019 de l’enclos des lanceurs des Capitales de Québec est bien unique. En plus de pouvoir compter sur le vétéran de 13 saisons Karl Gélinas, l’équipe a ajouté une grosse pointure à son groupe le 18 mars dernier, en ajoutant celui qui a obtenu pas moins de 139 retraits au bâton avec les Blue Jays de Toronto, Scott Richmond.

Après avoir passé les deux dernières saisons à Taïwan et en Italie, voilà que l’artilleur droitier natif de Vancouver a décidé de venir évoluer dans la Vieille Capitale, et n’allez pas croire qu’il est ici par hasard.

«Quelques joueurs avec qui j’ai déjà joué avec l'équipe canadienne (Dustin Moelleken et Tyson Gillies) m’ont dit des bons mots de la ville et des partisans qui sont très passionnés ici. Je n’avais pas vraiment parlé à Patrick Scalabrini, mais Moelleken et Gillies ont bien pris soin de l’informer de mon intérêt pour l’équipe et c’est pourquoi je suis ici aujourd’hui et j’en suis très fier! J’ai seulement hâte qu’il fasse un peu plus chaud», a-t-il dit avec un sourire au visage.

«Tout s’est passé tellement vite»

N’ayant jamais été repéché, c’est à 25 ans que Richmond s’est joint aux Cracker-Cats d'Edmonton dans une ligue indépendante. À la fin de sa troisième année de contrat au terme de laquelle il a été nommé lanceur de l’année, la chance lui a enfin souri. On lui a offert un contrat des ligues mineures avec les Blue Jays de Toronto. Après avoir rapidement gravi les échelons jusqu’aux ligues majeures, Richmond a effectué son premier départ le 30 juillet 2008.

«En étant Canadien, je me sens vraiment choyé d’avoir eu la chance de jouer pour la seule équipe de la MLB de mon pays, l’équipe que j’ai toujours regardée en grandissant. Il n’y a aucune autre équipe pour laquelle j’aurais préféré jouer.»

Retour du Baseball aux Olympiques

Les prochains Jeux olympiques d’été en 2020 présenteront le retour du baseball dans la grille olympique pour la première fois depuis les Jeux de 2008. Malgré une carrière professionnelle de plus de 13 ans, ce sera la première fois que Richmond aura l’opportunité de compétitionner au niveau olympique.

«Si je joue encore à ce jour, c’est que mon but est de remporter une médaille olympique. J’ai failli participer aux jeux en 2008, mais les Blue Jays m'avaient rappelé la veille du départ pour Pékin, mais je suis heureux d’avoir une autre opportunité.»

À noter que Richmond, âgé de 39 ans, est le plus vieux joueur dans la formation, mais ça n'importune pas le vétéran.

«Je sens que je peux toujours compétitionner à ce niveau, je me garde en très grande forme. Je me sens un peu comme un autre entraîneur. Lorsque j’étais plus jeune, j’essayais de me coller aux gens les plus vieux qui avaient de l’expérience et maintenant c’est à mon tour de montrer l’exemple!»