/news/provincial
Navigation

Le Grand Marché suscite la curiosité

Ces nouvelles installations connaissent un succès de foule et comblent les marchands

Les allées revampées de l’ancien pavillon du commerce se sont vite remplies de visiteurs.
Photo Didier Debusschère Les allées revampées de l’ancien pavillon du commerce se sont vite remplies de visiteurs.

Coup d'oeil sur cet article

Une architecture saluée, une offre alimentaire alléchante et une affluence qui dépasse les attentes : les gens de Québec ont mis peu de temps à adopter le Grand Marché qui a ouvert ses portes sur le site d’ExpoCité, vendredi.

Le projet de 24,8 millions de dollars n’a pas déçu ses premiers visiteurs et les marchands qui s’y sont installés, parfois le cœur très gros après des années de présence dans le Vieux-Port de Québec. Lumineux, animé et spacieux, l’endroit semble plaire.

Une vue extérieure du Grand Marché.
Photo Didier Debusschère
Une vue extérieure du Grand Marché.

« On n’a pas changé une piastre pour quatre trente sous. On a changé une piastre pour un beau 100 dollars. J’ai un bon feeling », s’exclame Jacques Fortin, gérant du kiosque du Domaine De Lavoie.

Les producteurs et artisans offrent une grande variété de produits frais et spécialisés.
Photo Didier Debusschère
Les producteurs et artisans offrent une grande variété de produits frais et spécialisés.

Des 31 kiosques permanents offerts, 30 sont présentement occupés, et le dernier local a déjà trouvé preneur. Les premières récoltes des maraîchers remplissent une partie des 80 étals saisonniers.

Une programmation spéciale est en vigueur au Grand Marché durant tout le week-end. Pour l’occasion, la huitième édition du BBQ Fest a élu domicile à la place Jean-Béliveau.
Photo Didier Debusschère
Une programmation spéciale est en vigueur au Grand Marché durant tout le week-end. Pour l’occasion, la huitième édition du BBQ Fest a élu domicile à la place Jean-Béliveau.

Des préoccupations

Vendredi, il ne manquait finalement que le soleil et les fraises, qui accusent un petit retard cette année. Pourtant, l’achalandage dans l’ancien pavillon du commerce a dépassé les attentes.

« Ça n’a aucune mesure avec ce à quoi on s’attendait », affirme Daniel Tremblay, directeur de la Coopérative des horticulteurs de Québec, qui est « plus que satisfait du résultat ». La coopérative ne manque pas d’ambition, elle qui, dans ses nouvelles installations, aimerait éventuellement doubler l’achalandage de l’ancien marché du Vieux-Port.

Les premiers constats sont donc encourageants pour les artisans, même s’il subsiste quelques préoccupations. Plusieurs se demandent si la manne touristique sera toujours là. D’autres espèrent que le marché ne deviendra pas « trop commercial ». « Nos clients nous ont dit qu’ils allaient nous suivre, mais on s’interroge pour la partie touristique », dit Marie-Claire Pedneault, copropriétaire des Vergers Pedneault.

Transition émotive

Après 32 ans de présence au marché du Vieux-Port, la transition est « émotionnellement difficile », admet de son côté Kathleen Hébert, copropriétaire des serres Roch Hébert. Ce qu’elle a vu vendredi l’a rassurée.

Malgré une contestation devant les tribunaux, le gestionnaire du Grand Marché garde le cap sur une démolition prochaine de l’ancien bâtiment. Si tout va bien, un marché saisonnier s’établira en août au quai Saint-André.


► Les festivités d’ouverture du Grand Marché se poursuivent jusqu’à demain. Une navette gratuite est offerte à partir du Vieux-Québec.

Des commerçants et clients satisfaits

« On peut dire : mission accomplie. Aujourd’hui, on ne pourrait pas être plus heureux. Je pense qu’on va être une référence pour beaucoup d’endroits. » — Daniel Tremblay, directeur général de la Coopérative des horticulteurs de Québec

« Au premier coup d’œil, on a dit : wow ! C’est peut-être un peu plus dispendieux que lorsque le marché était dans le Vieux-Port et ça n’a pas le même cachet, mais on aime ça. On souhaite bon succès à tout le monde. » — Joanne Leclerc, cliente

« L’affluence est très intéressante. C’est comme une relation d’amour : c’est toujours la première journée qui est la plus excitante. Espérons que l’amour va durer encore des années et des années, parce qu’il y a des gens qui ont mis beaucoup d’énergie et de cœur pour réaliser cet endroit. » — Jacques Fortin, gérant du kiosque du Domaine De Lavoie

« Les premières impressions sont positives. On avait entendu parler du projet, mais tant qu’on ne l’avait pas vu, on pouvait avoir certains doutes. Selon moi, les objectifs sont atteints. Je trouve que c’est un environnement très accueillant. » — Catherine Monna, copropriétaire de Cassis Monna & Filles