/news/cannabis
Navigation

La venue du pot comestible inquiète

Des experts appréhendent une possible hausse des intoxications chez les jeunes dès décembre

Coup d'oeil sur cet article

Déjà en hausse depuis la légalisation, des experts médicaux craignent que le phénomène des intoxications au cannabis chez les enfants empire une fois que les produits comestibles seront disponibles en décembre.

« Le plus important va être d’envoyer des messages clairs de sensibilisation et de prévention aux dangers et aux risques potentiels que représente le cannabis pour la santé des jeunes. Je pense qu’on peut mieux faire », affirme Olivier Jamoulle, pédiatre au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine à Montréal et expert en médecine de l’adolescence.

« Quand on légalise, on vient banaliser un produit. Il faut que les effets soient connus de tous. »

Santé Canada a annoncé vendredi sa réglementation finale encadrant la production et la vente de cannabis, laquelle inclut les dispositions sur les produits comme les bonbons, les biscuits, les crèmes topiques et les liquides à vapotage contenant de la marijuana.

Les produits comestibles devaient faire leur apparition sur les tablettes le 17 octobre prochain, soit un an après l’entrée en vigueur de la légalisation du pot. Ils seront finalement en distribution deux mois plus tard que prévu, à la mi-décembre.

Or, quelques clics sur internet sont suffisants pour commander et recevoir facilement par la poste des bonbons au cannabis.

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

Intoxications

Le Journal rapportait à la mi-mai que plusieurs experts en santé s’inquiétaient de la situation.

Le Centre antipoison du Québec a noté une hausse du nombre d’appels pour des cas d’exposition au cannabis. Du 17 octobre 2018 au 17 mars 2019, on répertoriait 148 cas d’intoxication, contre 65 pour la même période, un an auparavant.

Plusieurs enfants de moins de 7 ans se sont notamment présentés à l’urgence de l’Hôpital de Mont­réal pour enfants (HME) intoxiqués au pot. Dans les pires cas, certains se sont retrouvés aux soins intensifs. Depuis le 17 octobre dernier, 26 cas d’intoxication avaient été traités au HME, alors qu’auparavant on parlait d’« une poignée par année ».

Même phénomène au CHU Sainte-Justine, où on a constaté une hausse d’environ le double d’intoxications depuis un an.

Plus d’effets chez les jeunes

Le Dr Jamoulle rapporte qu’on observe aussi une augmentation du nombre de psychoses chez les ados.

« Quand le cannabis est ingéré, les effets sont décalés. Ce n’est pas comme lorsqu’il est inhalé. Les adolescents doivent être sensibilisés qu’ils risquent une intoxication sévère s’ils en mangent davantage en se disant qu’ils ne ressentent pas immédiatement les effets, soutient-il. Plus d’ados arrivent en psychose toxique aiguë, soit à cause des comestibles ou des produits qui se vapotent. »

Les experts rappellent qu’une quantité causant des symptômes mineurs sur un adulte peut avoir des conséquences beaucoup plus importantes sur un enfant ou un ado. Parmi les effets, on note les convulsions, les vomissements et la somnolence.

– Avec Émilie Bergeron, Agence QMI