/news/currentevents
Navigation

Une femme veut 85 000 $ pour une épidurale ratée

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Une femme de l’Estrie réclame 85 000 $ à un hôpital à la suite d’une épidurale ratée qui lui aurait laissé de graves séquelles, dans une rare poursuite du genre.

 

Le 25 mai 2016, Sandra Cloutier a été admise à l’unité maternité de l’Hôpital de Fleurimont à Sherbrooke où une jeune anesthésiste lui a administré l’épidurale, selon une poursuite déposée au palais de justice de Sherbrooke le 27 mai.

Dans les heures qui ont suivi, Mme Cloutier a eu « des maux de tête très importants, dont l’intensité était très difficilement tolérable », peut-on lire dans le document judiciaire.

Le personnel hospitalier lui aurait expliqué que ces céphalées seraient dues au fait que l’anesthésiste avait perforé la dure-mère (une membrane rigide qui s’étend du cerveau au sacrum) et que la taille de l’aiguille utilisée pour l’épidurale était inadéquate par rapport à son poids et sa stature. De plus, l’anesthésiste était allée beaucoup trop loin.

« Depuis la journée même de l’administration [...], la demanderesse souffre d’importantes céphalées quotidiennes, d’une fatigue considérable, d’un manque de concentration, d’endurance, et elle n’est pas en mesure de travailler », indique la requête.

Trois ans après l’incident, elle est toujours suivie en neurologie pour tenter de soulager ses maux de tête, d’améliorer sa qualité de vie, et elle devra essayer un nouveau traitement sous peu.

Une chance sur 100

En entrevue téléphonique au Journal, le président de l’Association des anesthésiologistes du Québec, Jean-François Courval, a fait savoir qu’il « n’avait jamais vu de cas où les complications ont été permanentes ».

Il estime qu’il y a environ une chance sur 100 que des complications surviennent lors de l’anesthésie.

« Les poursuites contre les anesthésistes du Québec sont plutôt rares », assure-t-il.

La Sherbrookoise n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue tandis que le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie a fait savoir par courriel qu’il n’émettra pas de commentaire afin de ne pas interférer dans le processus judiciaire.


► Sandra Cloutier réclame 70 000 $ ainsi que 15 000 $ en dommages physiques et moraux.