/finance
Navigation

La Banque Laurentienne est de plus en plus torontoise

Une part importante de la haute direction ne vit plus au Québec

Comme la plupart des membres du conseil d’administration et un nombre grandissant de hauts dirigeants de la Laurentienne, le PDG François Desjardins habite Toronto.
Capture d’écran Youtube Comme la plupart des membres du conseil d’administration et un nombre grandissant de hauts dirigeants de la Laurentienne, le PDG François Desjardins habite Toronto.

Coup d'oeil sur cet article

L’une des dernières institutions financières établies à Montréal l’est de moins en moins, a appris Le Journal. La Banque Laurentienne, créée en 1846 dans la métropole, migre peu à peu ses activités vers Toronto.

Son président et chef de la direction, François Desjardins, habite Toronto depuis sa nomination en 2015. Et depuis, d’autres postes clefs au sein de la direction de la banque ont pris la route de la Ville reine.

C’est le cas du vice-président exécutif, Services bancaires numériques aux particuliers, Craig Backman, du vice-président exécutif et chef de la gestion des risques, William Mason, et de la vice-présidente exécutive et chef de l’exploitation, Deborah Rose, notamment.

Sur les neuf membres du conseil d’administration, cinq vivent à Toronto, et quatre au Québec.

Sous le couvert de l’anonymat, des employés ont déploré ce « désintérêt » grandissant pour Montréal.

« De plus en plus, tout se fait à Toronto. On s’est fait à l’idée qu’on est rendu un bureau régional », a affirmé l’un d’eux.

Mises à pied

Dans les faits, le nombre d’employés en Ontario ne cesse de croître, alors qu’au Québec plus de 200 mises à pied sont survenues dans les dernières années.

En 2009, 87 % des 2900 employés de la Banque étaient au Québec, et l’Ontario n’en comptait que 369.

En 2018 et des dizaines de fermetures de succursales plus tard, environ 66 % des employés sont situés au Québec. Le tiers des employés de la banque sont maintenant localisés dans la province voisine, plus particulièrement à Toronto, centre financier du pays.

« C’est l’expansion de nos activités de B2B Banque, qui a procédé à deux acquisitions majeures en 2011 et 2012 (qui) explique la variation », a affirmé dans un échange courriel la vice-présidente adjointe de la banque, Hélène Soulard.

Elle a refusé de préciser le lieu de travail de l’ensemble des membres de la haute direction de l’institution, comme le lui demandait Le Journal.

« Au Québec pour rester »

De toute façon, cela importe peu, affirme-t-elle. « Grâce aux technologies à notre disposition en 2019, la localisation géographique d’un employé n’est plus pertinente », a avancé Mme Soulard.

« Les compétences, le talent et la concordance des valeurs de l’individu avec celle de l’entreprise prévalent » sur la localisation géographique, a-t-elle poursuivi.

Elle a toutefois précisé que l’institution « est au Québec pour rester ».

L’institution a récemment complété un investissement de 40 M$ à son siège social du 1360, boulevard René-Lévesque Ouest.

Le syndicat des employés de bureau de la Laurentienne, qui s’est récemment entendu avec l’employeur après des années d’âpres conflits de travail, a refusé de répondre aux questions du Journal.

La Laurentienne et ses filiales

À Montréal

Banque Laurentienne, BLC Services financiers, Valeurs mobilières Banque Laurentienne Inc., Trust La Laurentienne du Canada, BLC Trust, BLC Gestion de placement inc., Assurance Banque Laurentienne

À Toronto

B2B Banque, B2B Banque Services financiers inc., B2B Banque Services de valeurs mobilières inc., B2B Banque Services aux intermédiaires inc., B2B Trustco, LBC Capital Inc., BLC Tech inc.

Aux États-Unis

Northpoint Commercial Finance