/weekend
Navigation

L’été de Mes Aïeux

L’été de Mes Aïeux
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Un été sous le thème du plaisir. C’est ce qu’envisagent les membres de Mes Aïeux avec leur petite tournée de huit spectacles, intitulée La revoyure. Les retrouvailles éphémères, après une pause de plus de cinq ans, laisseront-elles la place à un futur album ? Tout est possible.

Dans un restaurant du quartier Rosemont, les quatre membres de Mes Aïeux (Marie-Hélène Fortin, Stéphane Archambault, Benoît Archambault et Frédéric Giroux) sont très volubiles et enthousiastes. Leur tournée estivale – la première depuis 2013 – se prépare de belle façon et on sent que le plaisir est vraiment la priorité.

« On avait juste le goût de se revoir, dit Stéphane. On repart la machine, mais à dimension humaine. On ne fait pas des spectacles mur à mur. »

Le boom de Dégénérations

Tout au long de l’entrevue, les quatre comparses répètent qu’il ne faut pas se faire d’attentes avec ce retour de Mes Aïeux. Le groupe pourrait très bien refermer les valises après ces huit spectacles et vaquer à d’autres occupations.

« C’est la sagesse de la maturité, dit Marie-Hélène Fortin. On y va au jour le jour, sans attentes. On ne s’est jamais créé d’attentes, en fait. Même au début du groupe, il n’y avait pas de plan de carrière. »

Il y a quelques années, le succès de la pièce Dégénérations a d’abord pris les musiciens de court. « Ç’a été un moment troublant, une espèce de tourbillon, dit Frédéric. On avait une certaine fierté d’être un peu underground et de remplir nos salles sans jouer à la radio. Et là, y’a eu ce boom avec Dégénérations. Je me souviens que Marie était dans notre local, découragée, et qu’elle disait : qu’est-ce qu’on a fait ? »

« Je pleurais presque, dit Marie-Hélène­­­. Ça peut faire peur un peu. On menait notre barque avant ça. »

Le groupe avait été d’autant plus surpris par le succès de cette chanson qu’elle avait d’abord été écrite comme une ouverture de spectacle, aucunement radiophonique. « On l’avait écrite pour brasser un peu le monde au début du spectacle », dit Marie-Hélène. « On vient du théâtre, alors les coups qu’on entend au début de la chanson rappellent ceux du début d’une pièce de théâtre, ajoute Stéphane. En plus, il n’y a même pas de refrain ! »

Dans le plus fort du succès de Dégénérations, Mes Aïeux s’est même fait proposer de jouer au Centre Bell. Mais comme les musiciens venaient de terminer une épuisante tournée, ils ont décliné l’offre. « Depuis ce temps-là, chaque fois que je vais au Centre Bell, je me dis qu’on aurait pu jouer ici ! (rires) » lance Frédéric.

Politique et sommellerie

En 2014, sans l’annoncer, les musiciens ont décidé de prendre une pause d’une durée indéterminée. Qu’ont-ils fait par la suite ? Marie-Hélène a suivi des cours pour enseigner le yoga, en plus de devenir conseillère municipale à Rosemère. Stéphane a renoué avec le théâtre tout en animant régulièrement à la radio d’Ici Musique. Frédéric a lancé un album solo et a aussi suivi un cours de sommellerie. Et Benoît a poursuivi son travail auprès du public jeunesse en lançant des livres.

À la fin 2017, le groupe s’est fait proposer de jouer dans le Vieux-Port de Montréal, le 31 décembre, pour clôturer l’année. « C’était pour le 375e (de Montréal), pour le jour de l’An, dans le Vieux-Port, dit Stéphane. Tout était là pour que ce soit le fun. »

Les musiciens, qui avaient refusé toutes les autres propositions de retrouvailles jusque-là, ont accepté. Ce qu’ils n’avaient pas imaginé, c’était la météo ce soir-là. « Il faisait -37 sans le facteur vent ! » se souvient Marie-Hélène. « À cette température, les instruments réagissaient mal, ajoute Benoît. J’ai fait le test de son avec une trompette et j’ai dû arrêter, car ça ne fonctionnait pas. »

Malgré ces conditions extrêmes, les musiciens ont retrouvé le plaisir de jouer ensemble. Et l’idée de se réunir pour une tournée estivale – « dans une température plus clémente ! » – est rapidement arrivée sur la table. Parce qu’il était trop tard pour programmer des festivals à l’été 2018, les musiciens ont décidé de patienter une année de plus.

Un cadeau aux fans

Pour ouvrir les huit spectacles, le groupe a écrit une nouvelle introduction. Mais sinon, le reste du concert sera principalement composé d’anciens morceaux.

« Ce sera un peu une rétrospective de notre carrière, dit Benoît. Ce sera un cadeau pour nos fans qui nous permettra de voir si l’on veut faire quelque chose de nouveau après ça. »

Car les musiciens l’assurent : rien d’autre n’est prévu à leur horaire de groupe pour les mois suivant cette tournée. Et qu’en est-il des spectacles de fin d’année ? Ils ont bien dû recevoir des offres en ce sens ? « Il y en a eu un peu. On va gérer ça plus tard », répond Stéphane en souriant, laissant planer le mystère.


Mes Aïeux présentera la tournée La revoyure à Aylmer (23 juin), Longueuil (24 juin), Tadoussac (30 juin), Québec (14 juillet), Saint-Jérôme (27 juillet), Shawinigan (9 août), Saint-Jean-sur-Richelieu (16 août) et La Baie (24 août). Pour les détails : facebook.com/mesaieux