/news/politics
Navigation

Le ministre fait son jogging : les tensions explosent au Salon bleu

Le ministre fait son jogging : les tensions explosent au Salon bleu
Photo Patrick Bellerose

Coup d'oeil sur cet article

Une petite séance de jogging du ministre Simon Jolin-Barrette, pendant que les députés siégeaient sous bâillon et s’apprêtaient à passer la nuit en chambre pour adopter le premier de ses deux projets de loi, a fait exploser les tensions au Salon bleu samedi.  

«Alors qu’aujourd’hui, nous sommes en train de parler et de décider du sort de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants, sous la gouvernance du leader, ministre responsable du projet de loi, où est ce ministre? Il est en train de faire du jogging sur les plaines d’Abraham, M. le Président. C’est scandaleux, c’est arrogant, puis on doit le dénoncer, M. le Président», a lancé le député libéral Marc Tanguay au retour du ministre en chambre.  

Quelques minutes plus tôt, un journaliste de TVA avait publié sur Twitter des photos de M. Jolin-Barrette en habits de sport. Le ministre était sorti s’entraîner pendant près d’une heure, tandis que les députés débattaient en son absence au Salon bleu de son projet de loi 9 sur l’immigration.  

À l’ajournement des travaux, le whip en chef du gouvernement, Éric Lefebvre, a traversé le parquet du Salon bleu pour enguirlander Marc Tanguay. «Il m’a dit: “Tu n’as pas le droit de faire ça. Tu n’as pas d’affaire à faire ça”, ajoutant des blasphèmes à cette affirmation-là», a déclaré le député libéral à la reprise des travaux. L’altercation, a-t-il plaidé, a porté «atteinte à mon droit et mon privilège de ne pas agir ou de ne pas être sous influence de menaces de quiconque».  

Vote en pleine nuit  

C’est dans ce contexte que les députés ont poursuivi le marathon de travaux parlementaires qui doit les mener à un vote sur le projet de loi 9 aux alentours de 4h du matin dans la nuit de samedi à dimanche. À l’origine, le vote devait avoir lieu vers minuit, mais un débat sur la possibilité de tenir deux bâillons consécutifs a retardé le déroulement des travaux. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Après l’adoption de la réforme de l’immigration, qui vise à mieux arrimer les immigrants aux besoins du marché du travail, les parlementaires entreprendront un nouveau blitz de travaux qui les garderont à nouveau en chambre toute la journée dimanche. Le gouvernement Legault devrait imposer un second bâillon pour faire adopter son projet de loi sur la laïcité, qui interdira le port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité, incluant les enseignantes.  

En matinée samedi, l’opposition a vivement dénoncé le recours à ces procédures d’exception pour faire adopter deux importants projets de loi qui toucheront les candidats à l’immigration et certaines minorités religieuses.  

Le leader parlementaire de Québec solidaire a déclaré que le pouvoir «monte à la tête» du premier ministre François Legault, qui n’a pas exclu de recourir à nouveau au bâillon pour imposer ses réformes. «François Legault n’est pas le roi du Québec et M. Jolin-Barrette n’est pas son prince, a dit Gabriel Nadeau-Dubois. On est dans un système démocratique où il doit y avoir un équilibre entre le pouvoir et les oppositions.»