/weekend
Navigation

Toucher au sacré

Serge Fiori et Jeannot Painchaud au Capitole de Québec en décembre dernier. La création du spectacle <i>Serge Fiori, Seul Ensemble</i> a été une aventure fabuleuse pour les deux hommes.
Photo d’archives, Didier Debusschère Serge Fiori et Jeannot Painchaud au Capitole de Québec en décembre dernier. La création du spectacle Serge Fiori, Seul Ensemble a été une aventure fabuleuse pour les deux hommes.

Coup d'oeil sur cet article

À quelques jours du coup d’envoi à Québec de Serge Fiori, Seul Ensemble, il doit être aussi intenable que lors de la grande première, à Montréal. Parce qu’il y a six mois, quand on l’a rencontré pendant qu’il travaillait à temps plein à adapter son imposant répertoire à ce spectacle de cirque, Serge Fiori exultait.

Ce spectacle de cirque au son de la musique qu’il a créée dans Harmonium, avec Richard Séguin et en solo, Fiori en rêvait. C’était son ultime fantasme.

Alors quand il s’est retrouvé enfermé en studio avec un créateur de la trempe de Louis-Jean Cormier pour retravailler sa musique au profit des artistes du Cirque Éloize, son bonheur a été multiplié par mille. Qu’écrivons-nous ? Par dix mille.

C’était palpable dès décembre dernier, lors de la seule visite de promotion qu’il a acceptée dans la capitale. Sur un nuage, Fiori enfilait les blagues et les éclats de rire avec les journalistes ainsi qu’avec Jeannot Painchaud, le fondateur du Cirque Éloize, qui n’en croyait pas ses oreilles de la chance qu’il avait de monter un spectacle avec pour matériau de base les tounes d’Harmonium.

Capoter ben raide

Laissons le principal intéressé nous raconter comment le tout s’est orchestré.

« Le mot d’ordre était de ne dénaturer aucune chanson », révèle d’abord Fiori.

« Mais nous sommes (étions) en 2018 et on avait le goût de se faire plaisir, a-t-il corrigé aussitôt. Quand j’ai écrit et arrangé ces tounes-là, j’avais des rêves que je ne pouvais pas exécuter dans le traitement de certaines parties musicales. Louis-Jean a appris sur la musique d’Harmonium et Serge Fiori. Là, on ouvrait les pistes originales et il capotait ben raide. »

Tellement que les musiciens en studio s’amusaient à réaliser des égoportraits avec les écrans d’ordinateur montrant les pistes d’Harmonium, se souvient Fiori.

Ouvrir un trésor enfoui

L’enjeu était pourtant de taille. Cette œuvre majeure de la musique québécoise revêt un caractère sacré. Ne lui touche pas qui veut et comme il veut, fût-il son créateur en chef.

« Sacré est le bon mot, indique Jeannot Painchaud. C’est comme si ouvrait un trésor enfoui. »

Serge Fiori et Jeannot Painchaud au Capitole de Québec en décembre dernier. La création du spectacle <i>Serge Fiori, Seul Ensemble</i> a été une aventure fabuleuse pour les deux hommes.
Photo d’archives, Chantal Poirier

Comment Fiori et Cormier, qui en duo n’étaient soudainement plus des musiciens parmi tant d’autres, ont-ils opéré la mise à niveau circassien de Comme un fou, de Vert, d’Histoires sans paroles ? Comment prendre des titres qui dépassent les dix minutes et, ô sacrilège, les raccourcir de moitié pour respecter la durée d’un numéro de cirque ?

D’abord, avec une infinie prudence. Puis, quand la gêne tombe, avec une soif insatiable de créer, narre Fiori.

« On a passé deux ou trois jours d’exploration, puis quand la première idée est arrivée dans une des tounes, on est allés dans le fond, on a basculé. Là, ç’a fait : estie, y a pas de limites. Y a pas de limite. On va se payer une traite. »

Ouvrir d’autres portes

Une fois les valves de la création ouvertes, il n’était plus question pour Fiori, du moins au moment de cet entretien, de se retenir. Écrire et enregistrer de la nouvelle musique ? Pourquoi pas ?

« Ça pourrait être ce qui s’en vient, avance-t-il (il a récemment révélé qu’il travaillait sur quelques projets, mais il n’était pas autorisé à en dire plus). »

Serge Fiori et Jeannot Painchaud au Capitole de Québec en décembre dernier. La création du spectacle <i>Serge Fiori, Seul Ensemble</i> a été une aventure fabuleuse pour les deux hommes.
Photo d’archives, Chantal Poirier

« C’est écœurant ce que ça fait, enchaîne-t-il dans un autre élan d’enthousiasme. Ça me fait redécouvrir des tounes. Les bouts qui sont intouchables demeurent intouchables. Il y a vraiment des bouts où la chanson reste comme elle était, mais au lieu d’aller à gauche, on dirait qu’elle va à droite, pis là ça part. On ouvre d’autres portes à partir de celles qui sont déjà ouvertes. »

« Et ce n’est pas gênant parce que c’est toi qui le fais », lui lance Jeannot Painchaud.

« Ce n’est que du plaisir », résume Fiori.


Serge Fiori, Seul Ensemble s’installe au Capitole de Québec pour une série de 28 représentations, du 20 juin au 14 juillet.

► Le spectacle a d’abord été présenté au mois de mars au Théâtre Saint-Denis, à Montréal, où il reprendra l’affiche du 26 septembre au 6 octobre.

 

« Un beau cadeau »

« C’était un peu débile. Je n’avais aucun contrôle sur moi-même. »

Entre la première à Québec et sa journée de promotion de l’hiver dernier, Serge Fiori a vécu le grand baptême de Seul Ensemble, en mars, à Montréal.

Le Journal a pu lui parler quelques minutes au téléphone, ces jours derniers, pour recueillir ses impressions de cette soirée qui restera longtemps gravée dans sa mémoire.

Comme on peut aisément se l’imaginer, il a vécu de grandes émotions.

« C’était émouvant de voir toute la musique que j’ai écrite et ces merveilleux athlètes qui se donnent entièrement. Pis voir le monde triper pendant deux heures. C’était un beau cadeau. »

Conforme à ce qu’il avait imaginé dans sa tête ?

« Oui, mais le spectacle est surprenant parce que Benoit Landry (metteur en scène) a réussi à créer un univers à la fois intimiste et grandiose. C’est poétique. C’est ça que j’aime du Cirque Éloize. »

 

L’univers de Serge Fiori, Seul Ensemble

L’équipe

  • 20 artistes (15 acrobates et 5 danseurs)
  • Serge Fiori : Direction musicale et compositeur
  • Jeannot Painchaud : Chef de la création
  • Benoit Landry : Mise en scène
  • Émilie Grenon-Émiroglou : Direction de la création
  • Louis-Jean Cormier et Alex McMahon : Collaborateurs à la musique

Les chansons

  • Vert
  • Comme un fou
  • En pleine face
  • De la chambre au salon
  • Si bien
  • Viens danser
  • Chanson noire
  • Depuis l’automne
  • Le corridor
  • Aujourd’hui, je dis bonjour à la vie
  • Histoires sans paroles
  • L’Exil Part. 1
  • L’Exil Part. 2
  • L’Exil Part. 3
  • Dixie
  • Harmonium
  • Comme un sage
Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions