/sports/hockey
Navigation

Un défilé de la coupe Stanley attendu depuis longtemps à St. Louis

Coup d'oeil sur cet article

Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées samedi dans les rues de St. Louis pour fêter la première conquête de la coupe Stanley de l’histoire des Blues. 

 

Même de la pluie au début de l’événement n’a pas nui à l’enthousiasme des partisans des Blues, qui attendaient ce moment depuis 52 ans. 

Le défilé s’est terminé tout près du célèbre Gateway Arch, où une scène avait été installée pour que les joueurs ainsi que les autres membres de l’organisation puissent s’adresser à la foule. 

Ces derniers moments de célébrations se sont déroulés sous le soleil, ce qui a poussé le directeur général Doug Armstrong à lancer : «Dieu aime les Blues!». 

Le DG, qui avait été agressif avant la campagne en faisant notamment l’acquisition de Ryan O’Reilly, a tenu a exprimé sa fierté. 

«Je vois comment les parents de mes joueurs les regardent, a-t-il dit. J’ai à peu près le même âge qu’eux et je les regarde de la même façon. Je suis tellement fier de vous les gars», a-t-il dit à ses troupes. 

Laila célèbre 

La jeune Laila Anderson, qui souffre d’une maladie rare, a été une source d’inspiration pour les Blues autant pendant la saison qu’en séries. Après avoir été invitée sur la glace pour célébrer la victoire dans le septième match contre les Bruins de Boston, il était donc normal qu’elle participe au défilé. 

La foule a d’ailleurs scandé son nom alors qu’elle a soulevé la Coupe avec l’aide du défenseur Robert Bortuzzo. 

Un message aux Bruins 

La légende du Canadien de Montréal Larry Robinson était conseiller aux opérations hockey avec les Blues, ce qui lui a permis de remporter une 10e coupe Stanley en carrière. 

Quand les animateurs du rassemblement lui ont demandé à quel doigt il allait porter sa 10e bague de championnat, l’ancien défenseur a fait un doigt d’honneur en disant: «celui-là est pour Boston». 

Pat Maroon, un natif de St. Louis, a quant à lui rappelé à quel point les partisans des Blues ont souffert. 

«D’apporter la coupe Stanley à la maison, à St-Louis, ça ne pourrait être mieux, a-t-il dit, cité sur le site web de la Ligue nationale de hockey. D’être originaire de St. Louis et d’être avec ces partisans des Blues comme lorsque j’étais jeune, c'est incroyable. Même quand je jouais pour les autres équipes dans la Ligue nationale de hockey, je regardais les Blues et j’ai vu comment l’équipe a souffert et que leurs partisans ont souffert.»