/opinion/columnists
Navigation

Une odeur de guerre contre l’Iran

Coup d'oeil sur cet article

Ça sent la guerre et cette guerre a une odeur de pétrole. Jeudi, deux pétroliers ont été attaqués dans le détroit d’Ormuz. Près de 20 % du pétrole mondial passe par ce détroit, en particulier du pétrole saoudien et iranien.

Donald Trump accuse les Iraniens d’être responsables de ces attaques. Les Iraniens le nient avec vigueur. On se souviendra que l’engagement des États-Unis dans la guerre du Vietnam avait commencé avec des attaques de bateaux de guerre américains attribuées au Nord-Vietnam. Bien des années plus tard, on apprendra que ces attaques avaient en fait été manigancées par les États-Unis.

1. Quel est le nœud de la guerre ?

L’Iran a la capacité de construire de l’armement nucléaire. Le traité de 2015, ­signé par l’Iran et par les grandes ­puissances, devait tout au moins ralentir l’effort ­d’armement nucléaire de l’Iran pour une quinzaine d’années. En échange, les compagnies iraniennes avaient reçu le droit de vendre librement leur pétrole sur les ­marchés ­internationaux. Ces ventes et l’argent qu’elles rapportaient arrivaient au bon moment pour l’Iran dont l’économie chancelante a bien besoin de se moderniser.

Mais les gouvernements israélien et saoudien étaient très insatisfaits de cette entente parce qu’elle ne garantissait pas complètement la fin de l’effort d’armement nucléaire de l’Iran. Pire, elle signifiait que l’économie iranienne allait se renforcer et que l’Iran risquait de contrôler une partie des prix du pétrole. En effet, l’Iran possède la quatrième plus grande réserve pétrolière au monde. Plus de pétrole iranien sur les marchés signifie donc ­automatiquement moins de ventes de pétrole pour les autres grands producteurs.

2. Qui a intérêt à une guerre contre l’Iran ?

Ce sont surtout Israël et l’Arabie saoudite qui ont intérêt à mener une guerre contre l’Iran. Le premier en raison de la menace nucléaire d’une éventuelle force nucléaire iranienne, le second, en raison de la rivalité religieuse et politique avec l’Iran dans la région.

3. Quel est l’intérêt de l’Iran à faire la guerre ?

L’Iran n’a aucun intérêt à faire la guerre aux États-Unis. Cependant, un effondrement de l’économie qui risquerait de mener à la chute du régime ou encore une attaque américaine appréhendée, pourraient inciter le pays à ­entrer en guerre.

4. Qui ne veut pas d’une guerre avec l’Iran ?

L’Europe et la Chine sont de grandes ­consommatrices de pétrole. À court terme, elles ont intérêt à ce que les cours du pétrole demeurent bas. Une guerre ferait flamber les prix. Cependant à plus long terme, les pays qui consomment beaucoup de pétrole pourraient tirer avantage d’une guerre avec l’Iran. En effet, si le régime iranien tombe, alors le pétrole iranien pourra éventuellement à nouveau entrer librement sur les marchés mondiaux, ce qui fera durablement baisser les prix. Du point de vue des grands producteurs de pétrole, la situation actuelle en Iran est parfaite. Pour eux, mieux vaut que la tension contre l’Iran perdure le plus ­longtemps possible, sans jamais déboucher sur une guerre.

5. Quels sont les risques réels de guerre ?

Les guerres ne sont pas que rationnelles. La bêtise humaine en est presque toujours un facteur important. Trump est soupçonné de rechercher une guerre pour favoriser sa réélection. L’Arabie saoudite possède le troisième budget militaire le plus élevé au monde, alors que le pays est la 16e puissance ­économique mondiale. L’éloignement de la Turquie des États-Unis augmente aussi la tentation américaine d’intervenir dans la ­région. Les risques sont donc élevés.