/sports/golf
Navigation

Un champion avec du panache

Gary Woodland impose sa loi en multipliant les coups d’éclat dans la dernière ronde

Coup d'oeil sur cet article

PEBBLE BEACH, Californie | Plus jeune, Gary Woodland ne s’imaginait pas gagner l’Omnium des États-Unis sur les verts de son club local du Kansas. Il gardait le moment pour la grande occasion. Dimanche à Pebble Beach, il a vécu son moment et écrit son histoire.

Dans une lutte qui a duré jusqu’au dernier instant, l’Américain de 35 ans a remporté le 119e Omnium américain avec un long roulé de 30 pieds au 72e trou.

Un oiselet le faisant passer à -13, ce qui est dorénavant la marque à battre sur le magnifique parcours californien en situation de championnat national. Il a amélioré d’un coup le score de Tiger Woods dans sa domination totale et historique de 2000.

Ses 271 coups le placent au second rang dans le livre des records de l’Association de golf des États-Unis. Seul Martin Kaymer a fait mieux (270) à Pinehurst en 2014.

Coups de maître

Et pour y arriver, il a exécuté des coups de maître, alors que le double champion en titre, Brooks Koepka, montrait les crocs. Calme et les yeux sur son plan de match, Woodland n’a pas plié les genoux. Détenant une mince avance de deux coups et en délicate position à l’extrémité opposée du fanion sur le vert du 17e trou, le meneur a exécuté une sublime approche coupée de 90 pieds pour sauver la normale. Un coup exigeant perfection, contrôle, sang-froid et digne des grands champions.

Devant l’inconnu en évoluant dans le dernier duo d’un tournoi majeur, Woodland a remporté son premier tournoi du Grand Chelem. À l’occasion de la fête des Pères, il l’a fait devant son paternel alors que sa femme, enceinte de jumelles prévues pour août, le regardait de la maison familiale de Delray Beach, en Floride, avec fiston.

« Je n’ai jamais si bien joué. Je suis tellement content que tout soit terminé. Je suis plus nerveux avec ce trophée dans les mains que je ne l’étais sur le parcours », a relaté le champion.

  • Écoutez la chronique sport de Charles-Antoine Sinotte, qui revient sur la victoire de Gary Woodland, sur QUB radio.

Koepka remet sa couronne

La domination de Koepka à l’Omnium américain a donc pris fin dimanche soir. Celui qui a gagné les éditions de 2017 à Erin Hills et de 2018 à Shinnecock Hill a remis son trophée, alors qu’il pouvait réaliser un véritable tour de force à la Willie Anderson. Mais il a tout de même terminé au second rang, trois coups derrière le champion, en vertu d’une carte finale de 68 (-3). En jouant aux dards avec ses coups de fers à l’aller qui lui ont permis de retrancher quatre coups à la normale lors des cinq premiers trous, il a donné la cadence.

« J’ai très bien joué. Je ne pouvais rien faire de plus, a indiqué celui qui a cumulé une fiche à égalité avec la normale sur le retour au fil de la semaine. Gary a aligné quatre bonnes rondes. Je suis très content pour lui. C’est ce qu’il devait faire pour gagner. Il l’a fait en grand en drainant une bombe au 18e. Chapeau ! Il le mérite. »

Rose s’effondre

Justin Rose n’était pas au sommet de sa forme dans ce troisième championnat majeur de la saison. Il a réussi à rester dans le haut du tableau principal grâce à son jeu court. Dimanche, son fer droit a perdu sa chaleur, le faisant donc glisser au classement au fil de ses cinq bogueys.

Sa moyenne de 1,44 roulé par vert l’a placé au second rang à ce chapitre. Autour des verts, il a fait opérer sa magie.

Terminant à égalité au troisième rang avec Xander Schauffele, Chez Reavie et Jon Rahm à -7, le champion de l’Omnium des États-Unis de 2013 ajoute un neuvième top 5 en situation de championnat majeur dans sa carrière.

« Cette performance ne fait pas mal. Ça fait mal si tu te fais complètement planter et si tu fais des erreurs, a souligné celui qui a terminé à six coups du vainqueur. Je suis fier de ce que j’ai accompli. Je n’avais pas mon grand jeu cette semaine et j’ai réussi à tenir le coup dans un majeur. C’est positif. »

♦ L’an prochain, le US Open reviendra sur la côte est américaine, sur le parcours ouest de Winged Foot, à Marmaroneck, dans l’État de New York. Le rendez-vous aura lieu du 18 au 21 juin.

Hovland : mieux que Nicklaus

Un nom à retenir pour le futur est celui de Viktor Hovland. Le Norvégien a fracassé un record vieux de près de 60 ans à Pebble Beach. En retranchant quatre coups à la normale et en effectuant 280 coups à ce 119e Omnium des États-Unis, le jeune golfeur amateur de 21 ans a abaissé la marque d’un certain Jack Nicklaus. Alors amateur lors de sa participation au US Open de 1960, au club de golf Cherry Hills, Nicklaus avait effectué 282 coups.

« Je ne savais pas. C’est incroyable, a déclaré celui qui portait les couleurs du Cowboy de l’université de l’Oklahoma dans la NCAA. J’espère que je vais pouvoir m’en inspirer pour la suite de ma carrière professionnelle et que je saurai m’en servir dans la course pour gagner un tournoi. » Il a terminé au 12e rang.

En 2018, Hovland avait remporté le Championnat amateur américain à Pebble Beach en défaisant facilement son adversaire en finale dans la formule en partie par trou. En avril dernier, il avait pris le 32e rang du Tournoi des Maîtres.

McIlroy : par un poil

Rory McIlroy n’a pas livré sa meilleure performance en ronde finale. Il a toutefois réalisé le coup de la journée. Sur l’iconique courte normale 3 de 102 verges au 7e, Rory a bien failli offrir le champagne en soirée, alors qu’il a raté par quelques pouces un trou d’un coup.

Il serait devenu le second golfeur, cette semaine, à réussir le rêve de tous, en plus à cet endroit spectaculaire. Lors des quatre rondes de l’Omnium, les golfeurs ont inscrit 131 oiselets à ce fanion.

Pas cher, pas cher !

Les maisons aux valeurs astronomiques sont légion à Pebble Beach. Selon le groupe immobilier Canning, deux terrains d’une superficie totale de 48 000 pieds carrés ayant pignon sur le 12e trou sont à vendre pour la coquette somme de 12 M$.

Résultats

(a) - amateur
  • Gary Woodland 68-65-69-69 - 271
  • Brooks Koepka 69-69-68-68 - 274
  • Xander Schauffele 66-73-71-67 - 277
  • Jon Rahm 69-70-70-68 - 277
  • Chez Reavie 68-70-68-71 - 277
  • Justin Rose 65-70-68-74 - 277
  • Adam Scott 70-69-71-68 - 278
  • Louis Oosthuizen 66-70-70-72 - 278
  • Henrik Stenson 68-71-70-70 - 279
  • Chesson Hadley 68-70-70-71 - 279
  • Rory McIlroy 68-69-70-72 - 279
  • Viktor Hovland (a) 69-73-71-67 - 280
  • Matt Fitzpatrick 69-71-72-68 - 280
  • Matt Wallace 70-68-71-71 - 280
  • Danny Willett 71-71-67-71 - 280
  • Webb Simpson 74-68-73-66 - 281
  • Francesco Molinari 68-72-71-70 - 281
  • Byeong Hun An 70-72-68-71 - 281
  • Graeme McDowell 69-70-70-72 - 281
  • Matt Kuchar 69-69-70-73 - 281
  • Paul Casey 70-72-73-67 - 282
  • Alex Prugh 75-69-70-68 - 282
  • Tiger Woods 70-72-71-69 - 282
  • Jason Day 70-73-70-69 - 282
  • Tyrrell Hatton 70-74-69-69 - 282
  • Hideki Matsuyama 69-73-70-70 - 282
  • Patrick Cantlay 73-71-68-70 - 282
  • Sepp Straka 68-72-76-67 - 283
  • Shane Lowry 75-69-70-69 - 283
  • Jim Furyk 73-67-72-71 - 283
  • Nate Lashley 67-74-70-72 - 283
  • Marcus Kinhult 74-70-74-66 - 284
  • Patrick Reed 71-73-72-68 - 284
  • Billy Horschel 73-70-71-70 - 284
  • Aaron Wise 66-71-79-69 - 285
  • Bryson DeChambeau 69-74-73-69 - 285
  • Collin Morikawa 71-73-72-69 - 285
  • Martin Kaymer 69-75-71-70 - 285
  • Jason Dufner 70-71-73-71 - 285
  • Marc Leishman 69-74-70-72 - 285
  • Dustin Johnson 71-69-71-74 - 285
  • Brandon Wu (a) 71-69-71-74 - 285
  • Andrew Putnam 73-71-73-69 - 286
  • Rory Sabbatini 72-71-73-70 - 286
  • Erik Van Rooyen 71-73-72-70 - 286
  • Tom Hoge 71-73-71-71 - 286
  • Rickie Fowler 66-77-71-72 - 286
  • Nick Taylor 74-70-70-72 - 286
  • Kevin Kisner 73-70-75-69 - 287
  • Daniel Berger 73-70-74-70 - 287
  • Abraham Ancer 74-68-69-76 - 287
  • Phil Mickelson 72-69-75-72 - 288
  • Charles Howell III 72-70-74-72 - 288
  • Carlos Ortiz 70-70-75-73 - 288
  • Sergio Garcia 69-70-75-74 - 288
  • Haotong Li 71-70-72-75 - 288
  • Scott Piercy 67-72-72-77 - 288
  • Charlie Danielson 72-70-77-70 - 289
  • Zach Johnson 70-69-79-71 - 289
  • Andy Pope 72-71-75-71 - 289
  • Adri Arnaus 69-75-73-72 - 289
  • Harris English 71-69-76-73 - 289
  • Emiliano Grillo 68-74-74-73 - 289
  • Chandler Eaton (a) 72-70-73-74 - 289
  • Justin Walters 72-72-77-69 - 290
  • Kyle Stanley 71-73-75-71 - 290
  • Brian Stuard 71-73-74-72 - 290
  • Rafa Cabrera Bello 70-74-74-72 - 290
  • Tommy Fleetwood 71-73-73-73 - 290
  • Jordan Spieth 72-69-73-76 - 290
  • Rhys Enoch 78-66-71-76 - 291
  • Cameron Smith 71-72-77-72 - 292
  • Luke Donald 72-70-77-73 - 292
  • Clement Sordet 76-68-74-74 - 292
  • Billy Hurley III 73-70-73-76 - 292
  • Bernd Wiesberger 71-73-78-72 - 294
  • Brandt Snedeker 75-69-74-77 - 295
  • Chip McDaniel 71-73-76-77 - 297
  • Michael Thorbjornsen (a) 71-73-84-76-304