/sports/baseball
Navigation

Rencontre impromptue avec un ancien des Expos

Rob Ducey
Photo Agence QMI, Benoît Rioux Rob Ducey

Coup d'oeil sur cet article

Le baseball étant omniprésent en République dominicaine, le hasard a permis de croiser, à l’hôtel, un ancien joueur des Expos: Rob Ducey.

Celui qui a évolué brièvement pour le club montréalais en 2001 oeuvre pour une sixième année dans l’organisation des Phillies de Philadelphie au niveau du développement des joueurs. Il se trouvait dans la région de Juan Dolio pour travailler en compagnie des espoirs internationaux de l’équipe.

Au-delà de certains compliments réservés à l’ancien gérant des Expos Jeff Torborg, on a questionné Ducey sur la progression du Québécois Benjamin Pelletier, qui poursuit son développement aux États-Unis, chez les BlueClaws de Lakewood, club-école de niveau A des Philles. Il s’est dit impressionné par le jeune homme de 20 ans.

«C’est un très bon voltigeur offensif pour nous, a-t-il qualifié. Il continue à apprendre sur la façon de jouer dans le baseball professionnel. Il a définitivement cette habileté pour frapper et pour générer de la puissance. On va voir comment sa carrière se développera.»

Salutations à Boubou!

Avant de conclure sa propre carrière avec les Expos, Ducey a notamment évolué pour les Blue Jays de Toronto, de 1987 à 1992 avant d’y retourner en 2000. Il a ainsi côtoyé le lanceur Denis Boucher, qu’il surnomme affectueusement «Boubou». Originaire de Toronto, Ducey a aussi connu quelques Québécois en marge des Jeux olympiques de 2004, à Athènes, dont Russell Martin et Pierre-Luc Laforest.

Bien qu’il affectionne tous ces joueurs originaires du Québec, l’ancien des Expos fait preuve de franchise et émet certains doutes sur la possibilité de revoir une équipe professionnelle à Montréal.

«C’est malheureux, mais je ne sais pas si on peut soutenir un club du baseball majeur à Montréal, a indiqué Ducey, plaidant des raisons économiques et une possible faiblesse au niveau du nombre de spectateurs présents aux matchs. Je ne sais pas si le baseball est suffisamment gros à Montréal et dans les régions environnantes. Mais en bout de ligne, ce sont des personnes plus expérimentées que moi qui prendront la décision.»