/opinion/blogs/columnists
Navigation

À l’impossible, nul n’est tenu

Il aurait été préférable que le PL 21 sur la laïcité de l’État ne soit pas adopté sous bâillon, mais une entente était-elle possible entre opposants et favorables dans ce dossier?

Le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette
Photo d'archives, Simon Clark Le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Mettons une chose au clair tout de suite : il eut été préférable, souhaitable, que le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État ne soit pas adopté sous bâillon.   

Comme beaucoup d’autres Québécoises ou Québécois, je ressens quelque chose comme un malaise qu’on vote une loi aussi fondamentale en ayant recours à une procédure qui, en son essence même, ne redore pas le processus démocratique, parlementaire.  

TOUTEFOIS.   

Pouvait-il en être autrement? Existait-il une fenêtre, tout aussi menue pouvait-elle être, pour que les opposants, farouches, au PL21 et les favorables puissent s’entendre? Discuter? Débattre?  

Charles Taylor
Photo d'archives, Simon Clark
Charles Taylor

Après plus d’une décennie de débats, de discussions, de commissions parlementaires, de quatre projets de loi, émanant de trois gouvernements différents, que reste-t-il à dire?   

Soyons honnêtes, et la très courte consultation en lien avec le PL21 l’a montré encore une fois de manière éloquente, aucun terrain d’entente n’est possible entre les ardents opposants au projet de loi 21 et ceux qui l’appuient.  

Aucun.   

Et d’ailleurs, la riposte juridique était déjà prête, appuyée par des groupes disposant, semble-t-il, de moyens considérables. Le fichier n’était même pas envoyé à l’imprimante que la première contestation judiciaire a été annoncée.   

Quand bien même le gouvernement aurait fait durer ce supplice, inutile, jusqu’au mois de décembre prochain, le résultat aurait été le même. Dans la minute après l’adoption du projet de loi, les mêmes groupes d’opposants auraient lancé la contestation judiciaire.   

Autant en finir tout de suite et lancer le processus judiciaire maintenant.    

Le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette
Caricature d'Ygreck

Pour ceux qui suivent un peu le staff politique et les réseaux de nombreux députés du Parti libéral et de Québec solidaire, vous aurez constaté, non sans étonnement encore, que l’on en appelle déjà à la résistance au slogan de ralliement du genre «tenez bon! Ce n’est pas terminé».   

Les mêmes qui accusent ensuite le gouvernement de tous les torts du monde d’avoir procédé par bâillon sont ceux qui, de toute façon, auraient juré de continuer le combat APRÈS l’adoption du PL21 même si on avait fait durer tout ça jusqu’aux calendes grecques.   

L’opportunisme crasse de l’opposition   

Le plus rigolo dans tout ça c’est que l’opposition libérale et qsiste aurait tout avantage à passer à autre chose plutôt que de continuer à se ridiculiser comme ces deux partis l’ont fait hier.   

L’apocalypse selon Hélène David  

Fallait entendre la députée libérale délirer complètement à propos de l’adoption du PL21. À l’entendre, ce n’est rien de moins que l’apocalypse qui attend le Québec. Cette surenchère verbale plaira peut-être à une partie de l’électorat libéral, mais ne fera rien pour rapprocher le PLQ de l’ensemble des francophones et de la part non-négligeable des anglophones et allophones qui sont favorables à la laïcité.   

Le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette
Photo d'archives, Simon Clark

J’imagine que la CAQ souhaite ardemment que le PLQ fasse durer ce dossier, qu’il le traine jusqu’à la prochaine campagne électorale. À 10% dans l’électorat francophone, le PLQ se tirerait dans le pied en proposant de démanteler cette laïcité, bien imparfaite, c’est vrai, mais un jalon d’importance pour la majorité des Québécoises et des Québécois.  

Surtout, quand Hélène David (et quelques-uns de ses collègues, comme André Fortin et Marc Tanguay par exemple) impute au PL21 de «détériorer le climat social», mon boulechite détecteur explose.   

«Détérioration du climat social»?? Peut-on rappeler à la députée David que son gouvernement jouissait du consensus des trois autres partis en 2017 pour faire adopter Bouchard-Taylor suite à l’attentat de Sainte-Foy et que SON gouvernement a reculé, essentiellement, par électoralisme! Pour ne pas déplaire aux multiculturalistes radicaux de son parti! (les mêmes qui ont eu la tête de Fatima Houda-Pepin en passant)  

15 ans pour agir et vous n’avez RIEN fait madame David.  

0 comme dans Ouellette comme on dit par chez nous.  

La fin du supplice de Sol Zanetti   

Un autre qui doit quand même pousser un petit soupir de soulagement c’est Sol Zanetti. Je l’ai écrit dans le passé, c’était un drôle de choix que de l’envoyer, lui, au batte dans ce dossier.   

Le Zanetti pré-QS avait maintes fois plaidé pour la laïcité, et de brillante façon. Il a été placé devant ses contradictions à plus d’une reprise pendant les consultations.    

Le depute de Quebec Solidaire Sol Zanetti nous montres  differents signes religieux, mercredi le 12 juin 2019 au Parlement de Quebec. 
SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI
Photo Simon Clark
Le depute de Quebec Solidaire Sol Zanetti nous montres differents signes religieux, mercredi le 12 juin 2019 au Parlement de Quebec. SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Un autre segment de l’étude du projet de loi circule en ce moment ; un échange entre Zanetti et le ministre Jolin-Barrette. Encore une fois, Zanetti est placé devant une contradiction gênante, cette fois celle de son parti.   

Zanetti rappelle que le «mandat fort» dont s’enorgueillit la CAQ n’est en fait que celui de 37% de la population. Il veut ainsi attaquer la légitimité du gouvernement d’agir au nom de la majorité dans ce dossier. Ok, ça se défend.   

La réponse du ministre ne se fait pas attendre. Autre uppercut au menton de Zanetti, de QS surtout :   

«C’est ironique... le député de Jean-Lesage devrait faire l’exercice de réflexion suivant; lorsque l’on se présente devant l’électorat avec une proposition, car il y a des gens qui ont voté pour Québec solidaire, car ce parti proposait la laïcité de l’État et l’interdiction du port de signes religieux à certaines personnes. C’était ça leur position lorsqu’ils ont brigué les suffrages, en termes de démocratie, en termes de contrat moral avec les gens , même ceux qui n’étaient pas membres de QS. 16.89%, environ? Des gens qui ont voté pour leur formation politique sachant que QS voulait interdire le port de signes religieux chez certaines personnes en position d’autorité? »   

Paclow.   

Les grands discours d’indignation de Manon Massé, de Gabriel Nadeau-Dubois, de Catherine Dorion valent quoi quand on sait que ce parti n’a pas eu le culot de l’honnêteté de sa position actuelle devant l’électorat?   

Sont pas fous! Si QS avait viré capot sur la laïcité AVANT l’élection, cela aurait couté des votes et pas que dans l’électorat francophone. Parlez-en aux libéraux.   

Leurs grandes leçons de morale, les députés qsistes devraient les contenir un peu. Surtout quand il est question de laïcité.