/world/europe
Navigation

France: un ourson sauvé la semaine dernière en danger après s’être échappé

Coup d'oeil sur cet article

TOULOUSE | Un ourson non sevré d’environ cinq mois, qui avait été sauvé en Ariège (sud-ouest) après avoir perdu sa mère, est en danger après s’être échappé de l’enclos où il était soigné, a-t-on appris lundi auprès des autorités régionales.

Ce petit animal «de 8 kg particulièrement affaibli» avait été placé «le 12 juin chez un capacitaire ursidés» de la région «afin d’être réalimenté et remis en état pour retrouver son milieu naturel», a précisé la préfecture du département voisin du Tarn dans un communiqué. Mais il s’est échappé dans la nuit de dimanche à lundi de son enclos, a-t-elle indiqué. 

Selon un agent préfectoral, l’ourson, «encore très faible», n’avait  que très peu de chance de survie s’il n’était «pas retrouvé dans les prochaines heures». Un appel à témoins et des recherches ont été lancés pour le retrouver.

Une douzaine de personnes dont trois spécialistes de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) participaient lundi à ces recherches, a constaté un correspondant de l’AFP.

Il y a une semaine, l’ourson, qui errait sans sa mère à proximité d’un village, avait été recueilli par des agents de cet Office. Un examen vétérinaire avait confirmé qu’il était «extrêmement affaibli, dénutri et déshydraté», prouvant qu’il était séparé de sa mère depuis plusieurs jours, avait indiqué à l’AFP un de ses responsables locaux.

Selon l’ONCFS, une cinquantaine d’ours vivent dans le massif des Pyrénées, près de la frontière franco-espagnole, avec une concentration d’individus dans l’ouest de l’Ariège, à l’endroit où l’ourson a été sauvé.

Cette population ursine a été obtenue grâce à plusieurs réintroductions de plantigrades depuis plus de 20 ans afin de sauvegarder l’espèce menacée d’extinction en France, malgré l’opposition d’éleveurs locaux.

Début juin, l’Office, responsable des politiques publiques en matière de biodiversité, avait annoncé que les deux oursons de l’une des deux ourses slovènes introduites dans les Pyrénées en 2018, Sorita, avaient probablement été tués par un ours mâle.

Ces deux oursons étaient nés dans la tanière de leur mère fécondée en Slovénie. Mi-avril, les agents de l’Office avaient pu confirmer la présence des bébés aux côtés de Sorita, mais n’avaient depuis lors plus retrouvé de traces de vie.