/sports/fighting
Navigation

Lexson Mathieu, le meilleur depuis Jean Pascal?

Lexson Mathieu
Photo Pierre-Paul Poulin Lexson Mathieu

Coup d'oeil sur cet article

Les spectateurs qui ont quitté le Centre Gervais Auto de Shawinigan après la victoire par knock-out de Simon Kean face à Dillon Carman, samedi, ont raté le digestif. Le Québécois Lexson Mathieu a clôturé le gala d’Eye of the Tiger Management avec brio en terrassant lui aussi son rival, le Mexicain Fernando Galvan, pour conserver sa fiche parfaite.

Si, avec quatre K.-O. en autant de duels, «The Next» continue de gagner l’admiration des amateurs de boxe au Québec, son entraîneur n’est pas impressionné.

«Les gens le découvrent, mais moi je le connais depuis qu’il a 11 ans!» a laissé savoir François Duguay lors d’un entretien avec le réseau TVA Sports.

«Ça fait longtemps que je réalise que j’ai un boxeur solide [entre les mains]. Il était seulement caché parce qu’il était chez les amateurs. Les gens n’ont pas vu le Lexson Mathieu qui est capable d’en donner encore plus. Il a beaucoup, beaucoup d’outils.»

Duguay va même jusqu’à ajouter que son poulain est le meilleur boxeur développé au Québec depuis un ancien champion des mi-lourds. «Probablement depuis Jean Pascal», a avancé l’entraîneur.

Mathieu a fini le travail au deuxième engagement après avoir envoyé son adversaire au tapis à trois reprises, lors du premier. Quarante-huit heures plus tard, sans la moindre trace du combat apparente sur son visage, Mathieu n'était pas totalement satisfait de sa performance, ce qui en dit long sur sa personnalité.

«J’aurais pu prendre encore plus mon temps, a dit le pugiliste de 20 ans. Ne pas l’achever au deuxième round avec de gros coups. J’aurais pu faire ça plus doucement.»

Toujours courtois, toujours avec le bon propos, le jeune Mathieu est aussi bien vêtu pour un jeune de son âge.

Et «ce p’tit gars-là», comme le dit Duguay, se battra à nouveau le 29 juin prochain au stade Desjardins de Thetford Mines, où il pourra garder son dossier – et son visage – intacts.