/entertainment/shows
Navigation

Lulu Hughes forcée de reprendre son combat

Elle recevra des traitements de chimiothérapie contre le cancer

Coup d'oeil sur cet article

Deux ans après avoir annoncé la rémission de son cancer du sein, Lulu Hughes doit reprendre le combat contre la maladie. « Par pure précaution et pour mettre toutes les chances de mon côté, je dois reprendre des traitements contre le cancer », a révélé la chanteuse de 52 ans sur sa page Facebook, lundi.

« Étant une femme de défi, la vie me demande de relever un second défi de santé, défi que je saurai relever haut la main avec patience et foi », a annoncé, confiante, Lulu Hughes sur le réseau social.

 

L’attachée de presse de la chanteuse, Narimane Doumandji, a indiqué à l’Agence QMI que Lulu Hughes a déjà repris les traitements de chimiothérapie.

En une heure, la publication avait généré plusieurs centaines de réactions et de commentaires de fans souhaitant lui témoigner leur amour et leur soutien. Son frère, le chanteur Rick Hughes, a quant à lui signifié à sa « petite sœur adorée » qu’elle était « belle, forte et plus précieuse que tout ».

Rassurante

Malgré les événements difficiles, Lulu Hughes s’est voulue rassurante dans sa correspondance partagée sur Facebook.

« Je vous donne ma parole en vous affirmant que, malgré ce nouveau “challenge”, tout va bien, je me sens bien, j’ai le moral et beaucoup d’amour autour de moi ! » a-t-elle insisté, précisant également sa « ferme intention » d’honorer tous ses engagements.

« Votre présence et votre amour sont une source intarissable d’énergie positive dont je veux m’enivrer à chaque spectacle que je donnerai cet été », a-t-elle ajouté.

On pourra notamment la voir ce dimanche du côté de Saint-Philippe, où elle soulignera la fête nationale sur scène, aux côtés de Dan Bigras.

Transformée par la maladie

En entretien avec Le Journal l’an dernier, Lulu Hughes était revenue sur le diagnostic de cancer qu’elle avait reçu à l’été 2016.

« Comme plusieurs artistes qui ont connu un certain succès, quand ta carrière va moins bien, tu as l’impression que c’est fini. Je croyais que je n’étais plus bonne à rien. J’étais rendue trop vieille. J’étais trop ci, trop ça, pas assez ci, pas assez ça... J’étais désabusée. J’étais en dépression. Il n’y avait plus rien qui ne valait rien. »

« Mon diagnostic a changé ma vision des choses, ajoutait alors la maman d’une fillette de neuf ans. J’ai réalisé que j’avais tout pour être heureuse. Il suffit de travailler fort et d’y croire. »

– Avec la collaboration de Marc-André Lemieux et Agence QMI