/sports/hockey
Navigation

Une culture gagnante bien établie chez les Bruins

2019 NHL Stanley Cup Final - Game Seven
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Perdre lors du match ultime de la finale de la coupe Stanley est dur à avaler. Cependant, de l’avis du directeur général Don Sweeney, les joueurs des Bruins de Boston devraient être très fiers de leurs efforts et de leur volonté collective.

Bien qu’ils se soient inclinés face aux Blues de St. Louis, les représentants du club du Massachusetts, particulièrement les plus jeunes, ont eu l'occasion de bien comprendre ce qu’il faut pour se rendre au sommet et d'assimiler la culture en place dans l’équipe.

«Même si tu es le meilleur joueur au monde, si tes coéquipiers à gauche et à droite ne poussent pas dans la même direction, c’est dur de gagner, a dit Sweeney lors d’un point de presse, lundi. Nos joueurs sont compétitifs, ils veulent gagner, ils ont tout mis en œuvre pour essayer d’y parvenir et ils devraient en être fiers.»

«Je crois qu’en peu de temps, nos jeunes joueurs ont absorbé beaucoup de ce parcours. Ils ont clairement apporté des éléments positifs eux-mêmes, mais ils ont certainement absorbé la culture et le leadership de l'équipe.»

Dossiers prioritaires

Comme tous les dirigeants de la Ligue nationale de hockey, Sweeney n’a pas eu le temps de célébrer le parcours de son équipe ou de se morfondre après la défaite pendant des jours. En effet, le repêchage et l’ouverture du marché des joueurs autonomes approchent rapidement.

Pas question de précipiter les choses, toutefois: Sweeney et ses conseillers vont analyser la situation et établir un plan de match avant de passer à l’action.

Parmi les dossiers auxquels le dirigeant devra s’attarder, il y a ceux des joueurs autonomes. Danton Heinen, Charlie McAvoy et Brandon Carlo seront joueurs autonomes avec compensation le 1er juillet, tandis que Noel Acciari, Marcus Johansson et Steven Kampfer seront libres comme l’air.

Acquis des Devils du New Jersey en retour de deux choix au repêchage en février, Johansson a récolté 30 points en 58 matchs de saison régulière et ajouté 11 points en 22 duels éliminatoires. Le DG a apprécié sa contribution.

«J’ai dit à Marcus la même chose qu’aux joueurs autonomes avec compensation: nous avons quelques détails à clarifier à l’interne avant que je puisse passer à l’action. Mais nous croyons que Marcus cadrait bien dans notre équipe de hockey.»

«Nous sommes fiers de la façon dont il est revenu d’une blessure en élevant son jeu. Il jouait bien avec Charlie [Coyle] et Heinen. Il nous a donné des options sur le jeu de puissance. C’est une bonne personne et un bon coéquipier.»

Autre opération

Parlant de blessures, Sweeney a fait une mise à jour sur l’état de quelques joueurs. Il a ainsi révélé que Zdeno Chara, qui a subi de multiples fractures de la mâchoire, devra également se faire opérer au coude pour retirer des fragments d’os.

Outre son capitaine, près d’une dizaine de joueurs, dont le Québécois Patrice Bergeron, étaient blessés lors de la finale. Une situation que les Blues ont probablement vécue également, de l’aveu même du DG.

«Toutes les équipes doivent composer avec les blessures à ce stade de la saison. Après plus de 100 matchs, il faut repousser les limites et les dépasser dans certains cas. C’est une preuve du courage de chacun de ces joueurs.»