/lifestyle/fashionbeauty
Navigation

Dans la garde-robe de... Nico Racicot

Coup d'oeil sur cet article

Arrivés chez Nico Racicot, nous sommes accueillis par deux chiens, un grand danois, Gwen, un petit, Bilbo, et un chat, Elio, puis l’acteur se fraye un chemin parmi ses animaux de compagnie. Les quatre vivent joyeusement dans une maison à la décoration colorée, dont les murs sont ornés par les œuvres de Nico.

Le contenu de sa garde-robe est tout aussi éclatant. Le comédien artiste évolue dans un univers de couleurs et de belles matières. « J’ai vraiment un faible pour les fibres naturelles. J’ai une collection de chandails de laine, tu sais ceux qui sont lourds et chauds ? L’été, j’aime porter des chemises trop grandes en lin ou en coton. Cependant, je ne dépense pas une fortune en vêtements, ce sont des trouvailles que j’ai accumulées au fil de mes virées dans les friperies », dit-il.

« Avant de déménager à ­Montréal, j’habitais à Toronto. Il m’arrivait souvent d’aller me perdre au Kensington Market, un endroit où l’on retrouve plusieurs boutiques ­vintage. Ici, je vais surtout au Village des valeurs, au magasin Le Chaînon ou chez Renaissance », énumère-t-il.

► À l’agenda de NICO

  • Il incarne Antoine Voisard dans Les honorables sur Illico.tv.
  • Il est de la distribution de L’heure bleue sur TVA.
  • Il a décroché un rôle dans la série Clash sur Vrak.
  • Il expose ses illustrations (lezautres.com) au Théâtre Sainte-Catherine jusqu’au 1er juillet 2019.
Photo Martin Alarie
  • Chandail BROWN BISON
  • T-shirt et pantalon UNIQLO
  • Sandales BIRKENSTOCK

« J’ai acheté ce bracelet lors d’un voyage au Mexique. J’avais 12 ans et il m’a coûté toutes mes économies de l’époque », raconte Nico, alors que Gwen, le dogue allemand, prend la pose, elle aussi, pour la photo. « Dans la maison, je suis toujours en Birkenstock. Et puis quand il fait beau, elles sont mes sandales de choix. J’aime bien qu’elles soient toutes blanches », dit-il.

Photo Martin Alarie
  • Camisole AMERICAN APPAREL
  • Cardigan et jean UNIQLO
  • Baskets ASICS

« J’aime le travail du réalisateur Quentin Tarantino et je suis obsédé par le film Kill Bill. Ma couleur préférée est le jaune. On en retrouve souvent dans mes illustrations et mes accessoires, comme ces baskets », confie Nico.

Photo Martin Alarie
  • Chandail avec mon imprimé
  • Pantalon UNIQLO
  • Pantoufles GLERUPS

« C’est moi qui ai créé cet imprimé. Je l’ai appliqué à l’envers afin que le message soit pour la personne qui porte le chandail et non pour celle qui le regarde. Je pense que je vais partir une petite ligne de chandails dans ce genre », explique-t-il.

Photo Martin Alarie

« Je porte le jonc de mariage de mon grand-père au bout d’une chaîne. J’aime qu’il pende sur mon chandail, mon t-shirt ou ma camisole. C’est mon accessoire fétiche qui me permet de me démarquer puisque certains de mes looks sont assez classiques », s’exclame-t-il.

Photo Martin Alarie
  • Chemise COS
  • Pantalon PHILIPPE DUBUC

« J’ai un beau complet et il est griffé Dubuc. C’est ma tenue de gala, mais il m’arrive aussi de porter la veste et le pantalon séparément. J’étais très content lorsque j’ai trouvé ces mocassins dans une friperie. Ils complètent bien mon look noir et blanc », partage le comédien.

Photo Martin Alarie

« J’aime l’idée du petit kit, par contre le short est vraiment trop grand, mais j’ai trop craqué pour l’imprimé. Ça va être mon look d’été 2019 ! On trouve tellement de pièces originales dans les friperies », affirme-t-il.


► Tout trouver

4 questions mode à Nico

Vous êtes végane. Est-ce que cela influence votre façon de vous habiller ?

Oui. Je fais des achats réfléchis. J’achète souvent dans des boutiques de seconde main. Je contribue moins au gaspillage et cela me permet de dénicher des pièces de bonne qualité à bas prix. De plus, j’évite les ­vêtements neufs en cuir ou en laine. Par contre, si je trouve un manteau de cuir dans une friperie, je pourrais l’acheter, même chose pour des chaussures. Je ­contribue à lui donner une autre vie.

Le magasinage dans les friperies n’est pas toujours facile ?

C’est vrai. Ces séances de magasinage ne se soldent pas toujours par des achats. Quand tu vas dans une friperie, il ne faut pas avoir d’attentes. Et tu dois aussi être patient, car tu vas devoir essayer beaucoup de vêtements avant d’en trouver un qui te va. En plus, il fait rarement bien, il doit toujours être légèrement modifié : les manches sont trop courtes, le jean est trop long, la taille est trop grande, etc. Il faut avoir une vision de ce que cela pourra donner.

Comment décririez-vous votre style ?

Je suis plutôt classique. J’aime ce type de pièces, car elles ne vieillissent pas, elles s’agencent bien ensemble et elles créent des looks simples, parfaits pour tous les jours, surtout si tu ne veux pas te casser la tête. C’est avec un ou deux accessoires que je peux personnaliser un ensemble, une touche plus flyée. Je m’exprime beaucoup plus à travers mes dessins et mes toiles.

Parlez-m’en un peu ?

Je ne suis pas pessimiste, mais j’ai eu besoin de m’assumer. J’ai commencé à m’exprimer à travers mes illustrations, que je fais avec mon index. Puis, au fil du temps, j’ai parti un site lezautres.com, qui m’a mené à une exposition et à la vente de mes œuvres. C’est à travers ce processus que j’ai créé mon ­mantra « I Love Me » que j’ai appliqué sur un coton ouaté.


Ses bonnes adresses

COS

cosstores.com

Muji

muji.com

Uniqlo

uniqlo.com

Village des valeurs

villagedesvaleurs.com