/sports/hockey
Navigation

Jim Rutherford confirme que Phil Kessel a utilisé son droit de veto

Jim Rutherford confirme que Phil Kessel a utilisé son droit de veto
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Sans révéler l’identité de son partenaire de danse, le directeur général des Penguins de Pittsburgh, Jim Rutherford, a révélé avoir conclu une transaction impliquant Phil Kessel récemment. Se prévalant de sa clause de non-échange, l’attaquant a toutefois dit non.

Selon ce qu’ont rapporté au mois de mai plusieurs médias, dont le site The Athletic, c’est avec le Wild du Minnesota qu’une entente aurait été conclue. L’Américain aurait toutefois refusé parce qu’il ne croit pas aux chances du Wild de remporter la coupe Stanley.

Le DG croit maintenant que Kessel demeurera à Pittsburgh, puisqu’il ne veut pas que Kessel ait le destin de l’équipe entre ses mains.

«Ce qui est important du point de vue de l’équipe, c’est qu’un joueur ne peut pas contrôler l’échange. Ça ne fonctionnera pas pour l’équipe, donc présentement, je vois Phil de retour avec la formation», a-t-il expliqué à la chaîne radiophonique 93,7 The Fan, lundi.

«Je ne cherche pas activement à l’échanger. Si quelqu’un arrive avec une proposition qui a du sens, nous allons y jeter un coup d’œil, comme ce serait le cas pour presque tous les joueurs de l’équipe.»

Pas de mal

Comme le stipule son contrat, Kessel a établi une liste de huit équipes auxquelles il peut être échangé sans donner son approbation. Une clause qu’il a bien méritée, de l’avis de Rutherford.

«À ce moment de sa carrière, il est un joueur qui mérite d’être dans cette situation. Je ne crois pas que ça sorte de l’ordinaire. Il exerce son droit. Évidemment, c’est frustrant lorsque tu crois que l’échange était la bonne chose à faire pour l’équipe, mais Phil n’a rien fait de mal.»

S’il cherche à retravailler un peu le groupe de joueurs qu’il veut mettre à la disposition de son entraîneur Mike Sullivan, Rutherford n’est certainement pas déçu de garder Kessel. Membre des deux dernières formations championnes de la coupe Stanley, en 2016 et 2017, l’Américain compte après tout 110 buts et 303 points en 328 parties avec l’organisation de la Pennsylvanie.

«La situation de Phil faisait simplement partie de notre décision d’essayer d’apporter des ajustements, et nous pouvions obtenir un bon joueur. Mais ça ne signifie pas qu’il doit nécessairement être échangé.»

«Il a été un très bon joueur pour nous. Nous n'aurions pas gagné les coupes sans lui. C'est un joueur d’impact et il le sera encore pour quelques années.»