/opinion/columnists
Navigation

La fin du début

Coup d'oeil sur cet article

Le 10 novembre 1942, au lendemain de la deuxième bataille des forces alliées à El Alamein, en Égypte, Winston Churchill a lancé l’une de ses plus célèbres formules.

« Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais c’est peut-être la fin du commencement. »

LA BOUSE DANS LE VENTILATEUR

J’aurais envie de sortir cette phrase à tous ceux qui croient que le dossier de la laïcité est enfin réglé au Québec avec l’adoption — sous le bâillon — de la loi 21.

Vous pensez que c’est la fin de ce psychodrame qui dure depuis 10 ans ?

Eh bien, détrompez-vous : non seulement ce n’est pas la fin, mais ce n’est même pas le début de la fin.

Juste la fin du début.

Car le fun ne fait que commencer.

Au cours des prochains jours, pour ne pas dire des prochains mois, la merde va frapper le ventilateur de plein fouet.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Et nous risquons tous d’être éclaboussés.

Primo, il y aura les contestations devant les tribunaux par les suspects habituels, c’est-à-dire le Conseil national des musulmans canadiens et l’Association canadienne des libertés civiles.

(C’est déjà commencé.)

Ensuite, il y aura des actes de provocation soigneusement planifiés — des employés de l’État qui refuseront d’obtempérer et de respecter la loi.

Et tertio, des condamnations provenant d’organismes internationaux comme l’ONU.

Bref, on va en prendre plein la gueule.

Moi, ce qui m’intéresse, dans tout ça, c’est de voir comment va réagir le PLQ.

Les libéraux seront-ils assez vicieux pour saloper la réputation du Québec sur la scène internationale ?

Descendront-ils aussi bas ?

AVEUGLÉS PAR LA HAINE

Personnellement, ça ne m’étonnerait pas.

Les libéraux sont tellement frustrés d’avoir vu le pouvoir leur échapper qu’ils sont prêts à toutes les bassesses pour faire mal paraître le gouvernement Legault.

Regardez comment ils se comportent depuis quelques semaines !

On dirait des rats pris dans une souricière !

À les entendre, le Québec est devenu un pays aussi peu respectueux de la démocratie que la Corée du Nord.

Si ça continue, Hélène David va cracher des grenouilles quand elle va parler de la CAQ...

Les libéraux sont tellement aveuglés par la haine qu’ils vouent au gouvernement Legault qu’ils ne se rendent pas compte qu’en démonisant ainsi la loi 21, ils insultent la très grande majorité de Québécois qui l’appuient.

On dirait l’équipe éditoriale du Devoir.

« Hey, comment se fait-il que notre lectorat ne cesse de diminuer ?

— Euh... Peut-être parce que vous passez votre temps à dire aux Québécois qu’ils sont une bande de crétins ! Un moment donné, les gens sont écœurés de se faire insulter ! »

TRAVERSER LA TEMPÊTE

On dirait que les libéraux ont abdiqué.

Au lieu d’essayer de faire les yeux doux aux Québécois francophones qui leur ont tourné le dos parce qu’ils étaient las d’entendre Philippe Couillard les traiter de racistes, ils en remettent une couche !

Même pas assez intelligents pour se rendre compte qu’en agissant de la sorte, ils se peinturent dans le coin !

Autre question : comment va réagir Justin Trudeau, lui qui a désespérément besoin des votes du Québec ?

Bref, ça va brasser, les amis.

Tenons bon. Et restons calmes.