/opinion/blogs/columnists
Navigation

Laïcité incomplète...

Tout de l’histoire du Québec prédispose sa population à s’affranchir, le plus possible, de l’influence du religieux au sein des institutions.

Laïcité incomplète...
ANNIE T. ROUSSEL/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

Le projet de loi 21 est adopté, mais la laïcité du Québec demeure incomplète.

Perdu dans le brouhaha de cette fin de semaine politique très mouvementée, le fait que la laïcité que le gouvernement a fait adopter pour le Québec demeure une œuvre inachevée, à parfaire.

S’il faut saluer que le gouvernement ait répondu à l’une de ses promesses phares, l’instauration de la laïcité institutionnelle, cela ne doit pas nous dispenser d’une analyse, déjà, du contenu de ce qui a été adopté. 

Laïcité incomplète...
Simon Clark/Agence QMI

Des propositions pertinentes... et ignorées!

On le sait, le Parti québécois avait déjà annoncé son intention d’appuyer l’essentiel du PL21 non sans insister sur des modifications essentielles à y apporter. Elles étaient au rang de trois : 

➡ Inclure les CPE et les services de garde subventionnés

➡ Inclure les écoles confessionnelles privées subventionnées par l’État

➡ Modifier le cours d’ECR (éthique et culture religieuse)

J’ajouterais aussi la nécessaire action du gouvernement pour que l’État cesse d’encourager la pratique religieuse. Une proposition qui se trouve dans le programme du Parti québécois mais dont on n'a pas discuté dans le cadre des travaux du projet de loi 21 m'a-t-on expliqué. Faudrait y voir. Rappel d’un texte éclairant de Francis Vailles : 

« ... le principal collecteur de fonds de l’État, le fisc, encourage la pratique de la religion plutôt que la laïcité. Plusieurs mesures incitatives viennent en effet renforcer les religions. Ces mesures coûtent probablement entre 50 et 100 millions par année au gouvernement du Québec et aux municipalités, selon nos premières estimations. »

Dans l’épais brouillard du bâillon, en est ressorti que les deux premières propositions faites par le chef intérimaire du PQ Pascal Bérubé ont été ignorées. François Legault s’est toutefois engagé à modifier le cours d’ECR « avant la fin du mandat »

On peut visionner l’extrait des échanges à l’Assemblée nationale ici.  

En refusant de bouger dans le sens de l’inclusion des Centres de la petite enfance et des écoles confessionnelles privées qui sont largement subventionnées par l’État, le gouvernement Legault s’expose à des critiques qui ne seront pas sans fondements.

Pourquoi tenir tant à protéger les écoles « privées » confessionnelles? Serait-ce, car celles-ci sont en très grande majorité des écoles de confessions catholiques? Auquel cas cela ressemble beaucoup à du favoritisme très intéressé. Catho-laïcité peut-être? 

La population derrière François Legault

Les sondages se succèdent et offrent une toile de fond qu’on peut difficilement contester; la population est derrière le gouvernement de la CAQ. 

Les attaques répétées des adversaires de la laïcité, politiques, dans le monde des médias, n’ont pas réussi à ébranler l’appui des Québécois envers ce gouvernement. Comme le dossier de la laïcité à été le plus important depuis l’élection, Legault peut agir librement. Il a les coudées franches.

Il en aura besoin, car la tempête ne s’est pas terminée par l’imposition du bâillon. Loin de là. 

Des coups de cochon comme celui de l’ex-première ministre de l’Alberta Rachel Notley, qui a associé le Québec de la laïcité au racisme, il y en aura d’autres. Plus vicieux encore. 

Le Québec vient de poser un jalon important de son autodétermination, de sa distinction d’avec le Canada, il vient de rompre avec le multiculturalisme, le socle par lequel le Canada se définit. 

Pour nombre de Québécois ou de Canadiens qui résident au Québec (ils se voient comme ça), il s’agit rien de moins que d’une hérésie. Ceux-ci espèreront que le fédéral « vienne les sauver » de la méchante laïcité. 

Aussi, des groupes d’intérêts puissants, et bien financés, c’est déjà commencé, attaqueront la loi 21 devant les tribunaux forts de beaucoup de moyens. Certains de ces groupes sont des lobbys religieux, le relais d’une orthodoxie religieuse qui voit, au Québec, sa sphère d’influence réduite. Mon collègue Loïc Tassé en parle aujourd’hui.

Laïcité incomplète...
Le Journal de Québec

Le principal atout de François Legault? Les Québécois sont derrière lui; ils en sont là. Contrairement à ce que prétend la gauche moralisatrice, la majorité de la population québécoise n’est pas manipulée par une horde de chroniqueurs de Québecor. Toutefois, cette majorité qui appuie la loi 21 en a soupé de ce type d’attaques méprisantes. 

En soi, cela aide à cimenter l’appui à la laïcité. 

Je suis de ceux qui font confiance aux Québécois. Ils sont tout à fait capables de faire la différence entre « multiculturalisme » et « laïcité ». 

Tout de l’histoire du Québec prédispose sa population à s’affranchir, le plus possible, de l’influence du religieux au sein des institutions. Ils ont déjà beaucoup souffert du joug religieux, rien de plus normal que ceux-ci choisissent aujourd’hui la laïcité. 

Au gouvernement maintenant de colmater les brèches qui subsistent dans la loi 21.