/news/currentevents
Navigation

Michée Roy libéré en attendant son nouveau procès

Michée Roy libéré en attendant son nouveau procès
Photo capture d'écran tva nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Emprisonné depuis quatre ans et cinq mois, Michée Roy pourra recouvrer sa liberté en attendant son nouveau procès.

En mars 2017, l'accusé avait été trouvé coupable de l'homicide involontaire de son bébé. L'enfant avait été secoué, selon ce que la preuve révélait à l'époque.

Le jour de l'an 2015, le poupon avait été découvert inconscient à l'intérieur du logement du père à Richmond, en Estrie. Le bébé est décédé six mois plus tard, affligé par d'importantes lésions cérébrales.

Michée Roy avait été condamné à 12 ans d'emprisonnement.

Mais en mars dernier, dans une décision unanime, sur la base d'une nouvelle preuve médicale, la Cour d'appel du Québec cassait le verdict de culpabilité et ordonnait la tenue d'un nouveau procès.

Un neuropathologiste ontarien, le Dr David Ramsay, a analysé des parcelles du cerveau de l'enfant. Ces conclusions, qui n'étaient pas disponibles lors du procès initial, permettent de soulever un doute raisonnable.

Selon l'expert de la défense, les blessures de l'enfant (hématome sous-dural, hémorragie rétinienne et encéphalopathie) peuvent avoir été causées par un arrêt cardiorespiratoire et non un traumatisme crânien non accidentel.

«Il serait périlleux de conclure à la mort de l'enfant par secouement. Je ne pouvais pas l'alléguer au premier procès sans preuve pour soutenir cette hypothèse. On peut maintenant le faire», a plaidé Félix-Antoine Doyon, l'avocat de Michée Roy au juge Yves Tardif de la Cour Supérieure.

L'accusé s'engage à respecter toutes les conditions qui lui seront imposées. «Je n'ai aucunement l'intention de briser mes engagements. Je suis anxieux et tout ce que je souhaite, c'est prouver mon innocence», a déclaré Michée Roy.

«J'ai un emploi qui m'attend à ma sortie et je respecterai les ordres de la Cour parce que je comprends très bien que je me retrouverai derrière les barreaux au moindre écart de conduite», a mentionné au juge l'homme qui aura 39 ans en août prochain.

Michée Roy n'est pas au bout de ses peines. Son avocat entend demander la permission de se récuser du dossier. Il n'a pas l'intention de le représenter lors de son prochain procès sous un mandat de l'aide juridique.

«Un tel procès demande beaucoup de temps, l'implication de nombreux experts, des dépenses qui dépassent largement ce que l'état nous alloue en dédommagement», a expliqué Me Félix-Antoine Doyon.

Michée Roy doit revenir devant la Cour du Québec ce vendredi.