/sports/others
Navigation

Bruno Langlois au pied du podium à sa 21e participation

Venu en relève pour l’équipe du Brunei, le Québécois a terminé 4e lors de la 1re étape

Le Mexicain Ignacio De Jesus Prado Juarez, Bruno Langlois et le Canadien Adam Jamieson sont partis en échappée dès le 32e kilomètre, une échappée de 145 kilomètres au cours de laquelle ils ont été rejoints par trois autres coureurs qui ont monopolisé le podium.
Photo courtoisie, Tour De Beauce, Jerome Gendreau Le Mexicain Ignacio De Jesus Prado Juarez, Bruno Langlois et le Canadien Adam Jamieson sont partis en échappée dès le 32e kilomètre, une échappée de 145 kilomètres au cours de laquelle ils ont été rejoints par trois autres coureurs qui ont monopolisé le podium.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-GEORGES | Invité de dernière minute, Bruno Langlois a été au cœur de l’action toute la journée et il a célébré sa 21e participation au Tour de Beauce, en terminant en 4e place de la première étape longue de 177 kilomètres.

Contacté mardi soir pour frapper en relève avec la formation du Brunei qui comptait seulement trois coureurs, un de moins que la limite permise, Langlois s’est pointé à Saint-Georges moins d’une heure avant le coup de départ. Il s’agissait de sa première course UCI depuis le World Tour à Québec en septembre dernier.

Quand il a reçu un coup de fil, mardi soir, pour vérifier son intérêt et sa disponibilité à son retour d’une sortie avec des clients de sa boutique Vélo Cartel, Langlois peinait à y croire.

« J’étais en train de prendre une bière et les gens avec moi m’ont dit “vas-y”, quand je leur ai mentionné l’objet de l’appel, a-t-il raconté. Les gars ont pris la relève à la boutique, aujourd’hui [mercredi], puisque mon associé est en Europe. Le mécano a préparé mon vélo, j’ai complété mes bagages à minuit, je me suis couché à 1 h et j’ai mis mon réveille-matin à 7 h. En me couchant, je me suis demandé si j’avais vraiment dit oui. »

L’expérience a servi

Langlois n’a pas lésiné puisqu’il est parti en échappée dès le 30e kilomètre en compagnie de deux autres fuyards. Trois autres coureurs ont rejoint l’échappée plus tard et le sprint final s’est conclu à quatre, puisque deux d’entre eux avaient été rattrapés par le peloton.

« Ils auraient pu me laisser terminer en 3e place, a souligné le coureur de 40 ans. J’ai tenté de les surprendre en amorçant le sprint plus tôt, mais ils ont réagi rapidement et le virage menant au dernier droit était beaucoup plus loin que je pensais. J’ai fait le sprint avant le sprint. J’étais brûlé à la fin, mais mon expérience m’a permis de tenir le coup. »

Que réservent les prochains jours à Langlois qui devra grimper le mont Mégantic, jeudi, une étape de 170 kilomètres qui débutera à Lac-Mégantic et qui se conclura par une ascension de six kilomètres ?

« Je vais tenter de survivre, a-t-il imagé. La première étape a coûté cher et je vais manger mes bas au mont Mégantic. Je ne m’étais pas entraîné pour une course par étapes et je vais faiblir chaque jour. Le Tour de Beauce va être un mini camp d’entraînement pour le championnat canadien qui aura lieu à Saint-Georges, la fin de semaine prochaine. »

Équipe canadienne

Langlois aurait aimé enfiler le maillot à pois du meilleur grimpeur, mais il a pris le deuxième rang derrière Adam Jamieson de l’équipe canadienne, qui a remporté les trois Grands Prix de la montagne, devançant à chaque occasion le coureur de la formation Brunei.

Trois coureurs entraînés par Langlois étaient sur la ligne de départ, soit Félix Boutin, Charles-Étienne Chrétien et Laurent Gervais. Les deux derniers portent les couleurs de l’équipe canadienne. « C’était la fête de Charles-Étienne aujourd’hui et je l’ai appelé ce matin pour lui souhaiter bon anniversaire, tout en lui mentionnant que j’allais prendre le départ avec lui. »

Victoire au sprint de Tyler Magner

La première étape de la 34e édition du Tour de Beauce s’est terminée par un sprint endiablé où la photo d’arrivée a été nécessaire pour départager les deux coureurs.

C’est finalement l’Américain Tyler Magner, de Rally, qui a été crédité de la victoire, coiffant tout juste le Québécois Nickolas Zukowsky, de Floyd’s Pro Cycling. Vainqueur du Tour de l’Abitibi en 2013, l’Américain Brendan Rhim, de Arapahoe-Hincapie, a complété le podium dans un temps identique de 4 h, 15 min et 14 s.

« Ce fut très serré, mais je l’ai eu, a résumé le vainqueur qui en est à sa 4e participation au Tour de Beauce, mais à sa première depuis 2015. Nick est revenu en force sur moi. La première heure de course a été difficile, tout comme le dernier kilomètre. Avec deux autres coureurs, nous avons rejoint l’échappée de trois gars et tout le monde a bien travaillé ensemble.

« Je vais tenter de bien grimper le mont Mégantic, mais ce n’est pas ma spécialité, ajoute Magner. Ça va être difficile, mais je veux m’amuser. Mon coéquipier Kyle Murphy est un super grimpeur. »

Meilleur jeune

Vainqueur du Grand Prix du Saguenay, Zukowsky ne s’attendait pas à un aussi bon résultat. « Je suis très content, a indiqué le Montréalais qui a mis la main sur le maillot du meilleur jeune (U-23), mais je ne m’attendais pas nécessairement à ça. Magner est un très, très bon sprinter et nous étions très, très près. Après une très belle performance au Saguenay et avec les nationaux dans deux semaines, je voulais me ménager. Après cette première étape, je peux maintenant viser plus haut que simplement appuyer mes coéquipiers. Je vais tenter de ne pas perdre trop de temps au mont Mégantic.

« Je suis le meilleur grimpeur et le meilleur au contre-la-montre parmi les six meneurs au classement, rajoute le coureur de Floyd’s Pro Cycling. Il y a des chances que je puisse m’emparer du maillot jaune. J’ai bon espoir que je pourrai limiter les dégâts au mont Mégantic. »

Les trois premiers au classement détiennent 1 min et 17 s d’avance sur le peloton, dont le champion en titre James Piccoli de l’équipe canadienne.