/sports/baseball/capitales
Navigation

Cuba s’impose à nouveau au Stade Canac

Coup d'oeil sur cet article

Les Capitales ont dû jouer du baseball de rattrapage dès leur première apparition au bâton alors qu’ils tiraient déjà de l’arrière par quatre points. Les résidents du Stade Canac ont finalement baissé pavillon par la marque de 7 à 3 à domicile. 

Le vétéran lanceur de la formation québécoise, Scott Richmond, a entamé la partie en queue de poisson. Après avoir fait face à seulement cinq frappeurs, l’artilleur canadien avait déjà accordé quatre coups sûrs, dont un circuit, et offert trois points à Cuba. 

À la fin de ses cinq manches de travail, Richmond est rentré au banc avec une fiche peu reluisante de sept coups sûrs, trois longues balles et six points mérités. 

Il faut dire que son deuxième but, Rian Kiniry, a fait plusieurs erreurs qui ont déteint sur ses statistiques. 

«Je suis très déçu de la manière dont certains jouent, soir après soir. Je commence à penser que ces gars-là n’apprendront pas de leurs erreurs par eux-mêmes. En attendant, il n’y a rien à faire, à part attendre que nos blessés soient remis», a déploré le gérant de la formation québécoise, Patrick Scalabrini. 

Une production défaillante 

Comme la veille, l’attaque des favoris de la foule a manqué quelque peu d’opportunisme. Même si elle est parvenue à claquer 10 balles en lieu sûr, trois de moins que Cuba, elle n’a marqué que trois points, dont un en raison d’une erreur de l’équipe adverse. 

D’ailleurs, Québec a raté une chance en or de s’inscrire au pointage alors que tous les sentiers étaient occupés et qu’il n’y avait aucun retrait en début de septième manche. 

«C’est la faute du fédéral!» 

François Legault a effectué le lancer protocolaire à l’occasion du deuxième match de la série internationale contre Cuba. Sans surprise, le Premier ministre de la province a fait ses devoirs avant d’enfiler le gilet des favoris de la foule. Il semblait bien connaître le cheminement tortueux qu’ont connu les Capitales depuis le début de la présente campagne. 

« Ils se sont fait avoir avec les trois Cubains qui devaient arriver depuis le début de la saison. C’est la faute du fédéral!», a lancé le M. Legault à la blague. 

Les Capitales accueilleront les Cubains pour un troisième et dernier affrontement, jeudi soir, au Stade Canac. 

Calepin de notes 

Scalabrini devrait libérer un frappeur dans les prochains jours et il «magasine» présentement un autre lanceur à ajouter à sa rotation partante.