/sports/hockey
Navigation

LNH: Nikita Kucherov gagne le trophée Hart

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | S’il a lamentablement échoué en séries, le Lightning de Tampa Bay pourra toujours se consoler avec sa saison régulière exceptionnelle, saluée hier à Las Vegas quand Nikita Kucherov s’est vu remettre le trophée Hart décerné au joueur le plus utile et avec Andrei Vasilevskiy, qui a raflé le trophée Vezina remis au gardien par excellence.  

Auteur d’une saison monstre de 128 points, Kucherov est non seulement reparti avec le Hart, mais aussi le Art Ross (meilleur compteur) et le Ted Lindsay (meilleur joueur, voté par les joueurs).  

Une fois sa collection de trophées ramassée, c’est en toute humilité que Kucherov a préféré parler d’objectifs collectifs que de ses accomplissements personnels.  

«Tout ça paraît très bien», a-t-il dit en contemplant ses trophées devant les journalistes. «Mais le plus important demeure la coupe Stanley. Les gens de Tampa la méritent. On a compris qu’il faudra travailler deux fois plus fort pour y arriver», a-t-il lancé en se disant tout de même «honoré et béni» des prix récoltés.   

  • ÉCOUTEZ la chronique sportive de Charles-Antoine Sinotte à QUB Radio:  

Voilà une bien mince consolation pour l’équipe que tout le monde tourne en dérision depuis sa déconfiture en première ronde des séries face aux Blue Jackets.  

«Le Lightning a égalé deux records cette saison. L’équipe a enregistré 62 victoires, ce qui égale un sommet des Red Wings. Elle a aussi obtenu zéro victoire en séries», a même lancé l’animateur Kenan Thompson.  

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les représentants du Lightning sur place ne l’ont pas trouvée très drôle!  

Bergeron devra attendre  

Parmi les autres lauréats, le centre des Blues Ryan O’Reilly a couronné une semaine exceptionnelle en remportant le trophée Selke remis au meilleur attaquant défensif. Il se remet à peine de ses émotions après avoir mis la main sur la coupe Stanley et le trophée Conn Smythe.  

C’est donc dire que Patrice Bergeron, des Bruins, doit continuer de patienter dans sa quête d’un cinquième Selke, ce qui le placerait seul au premier rang dans l’histoire. Lui et Bob Gainey sont à égalité avec quatre chacun.  

Couronné directeur général de l’année pour son boulot avec les Bruins, Don Sweeney lui a d’ailleurs rendu un vibrant hommage devant les journalistes à l’arrière-scène.  

«Patrice est certainement dans la classe des meilleurs au monde. Les Bruins sont extrêmement chanceux de miser sur lui. Il a tout ce qu’on recherche chez un grand joueur et un grand être humain», a-t-il louangé.  

L’attaquant du Canadien Phillip Danault a terminé septième au chapitre des votes, derrière O’Reilly, Mark Stone, Bergeron, Sidney Crosby, Aleksander Barkov et Sean Couturier.  

Autres honneurs  

De tous les autres élus, le gardien de but des Islanders Robin Lehner est sans nul doute celui qui a livré le discours le plus inspirant. Revenant de loin, ayant notamment combattu des problèmes de dépendance et des idées suicidaires, il a été récompensé du trophée Masterton, qui récompense la persévérance, l’esprit sportif et le dévouement au hockey.  

«J’ai parlé de maladie mentale, mais ça ne veut pas dire que je suis faible mentalement», a-t-il rappelé à très juste titre.  

À la ligne bleue, c’est Mark Giordano qui a hérité du trophée Norris remis au meilleur défenseur. Il s’agissait d’une première dans l’histoire des Flames. Même le grand Al MacInnis n’avait pu réussir l’exploit à Calgary, terminant deuxième au scrutin en 1989-90 et en 1990-91.  

Pour sa part, l’attaquant des Panthers Aleksander Barkov est devenu le premier joueur finlandais depuis Jari Kurri, en 1985, à mettre la main sur le Lady Byng décerné au plus gentilhomme. Celui qui n’a été pénalisé qu’à quatre reprises cette saison a déridé la galerie lorsqu’il a été chercher son trophée, après avoir été chaleureusement applaudi.  

«J’ai plus de fans de Finlande qu’en Floride ici, on dirait», s’est-il amusé.  

Le trophée Calder remis à la recrue par excellence a été décerné à Elias Pettersson, qui devenait le premier représentant des Canucks depuis Pavel Bure, en 1992, à recevoir l’honneur.  

Émouvant, Carey Price!  

Au-delà des nombreux trophées distribués, s’il y avait eu un honneur remis à l’hommage le plus poignant de la soirée, c’est certainement Carey Price qui l’aurait emporté.  

  

Le gardien du Canadien a surpris le jeune Anderson Whitehead sur l’estrade en lui faisant une chaleureuse accolade, en plus de lui remettre son chandail autographié et une invitation pour le prochain match des étoiles.  

Le jeune homme avait été réconforté par Price cet hiver quand il a perdu sa mère des suites d’un cancer. Sa mère lui avait promis de l’aider à rencontrer son idole. Le geste généreux de Price a généré une ovation dans la salle et sûrement plusieurs larmes devant les téléviseurs.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions