/news/education
Navigation

Québec promet d’agir pour mieux protéger les stagiaires

caucus CAQ
Photo Agence QMI, Simon Clark Jean Boulet, Ministre du Travail

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre du Travail, Jean Boulet, s’engage à présenter un plan de match pour assurer une meilleure protection aux étudiants stagiaires dans leur milieu de travail cet automne.

En entrevue au Journal, M. Boulet s’est dit «vraiment préoccupé par l’encadrement et la réussite des stages».

Des actions concrètes se font toutefois attendre à ce chapitre.

Cet automne

Un peu plus tôt cette semaine, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a présenté un nouveau programme de bourses qui permet d’accorder une compensation financière aux étudiants pour les stages réalisés dans 16 programmes de formation en éducation, en santé et en services sociaux.

Les associations étudiantes ont salué cette initiative, tout en rappelant que les étudiants réclament toujours de meilleures protections pour les stagiaires en milieu de travail.

Le ministre Boulet assure qu’il veut aller de l’avant.

«On y va de façon ordonnée. On a fait un grand pas dans la bonne direction et, pour le régime de protection, ça s’en vient. Je veux vraiment améliorer les conditions qui permettent une bonne réalisation et une bonne réussite des stages. L’automne est certainement un échéancier qui est raisonnable», affirme-t-il.

Deux priorités

Garantir aux stagiaires de meilleures protections contre le harcèlement psychologique et sexuel au travail lui apparaît être « un incontournable », précise-t-il.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Permettre aux étudiants de faire un stage dans un milieu de travail sécuritaire et leur donner accès aux indemnisations en cas de blessures ou d’accidents est aussi «hyper important», ajoute le ministre.

Une analyse est en cours afin de déterminer quels sont les moyens les plus efficaces pour y parvenir.

Des modifications législatives à la Loi sur les normes du travail et à la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles ne sont pas exclues, mais le ministre Boulet affirme que l’ajout de certaines protections pourrait se faire sans devoir passer par des ajustements législatifs.