/news/transports
Navigation

Traversiers dans l’est: Ottawa fait confiance au Chantier Davie

Plus de 400 M$ pour la construction de deux traversiers

Le Chantier Davie s’est vu confier un contrat qui devrait contribuer à sa renaissance.
Photo d'archives, Simon Clark Le Chantier Davie s’est vu confier un contrat qui devrait contribuer à sa renaissance.

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa fait confiance à Chantier Davie Canada pour la construction de deux nouveaux traversiers. Un contrat qui devrait « dépasser les 400 millions $ ».

« C’est la renaissance définitive de Davie », indique le vice-président aux affaires publiques, Frédérik Boisvert. « Construire un navire, cela demande d’autres expertises. Cela va nous permettre de rebâtir notre main-d’œuvre et d’offrir une perspective de travail à plus long terme à nos travailleurs », poursuit-il.

Ce dernier confirme que Davie et des responsables du gouvernement ont déjà entamé des discussions, afin de statuer sur les détails techniques des navires et pour établir un échéancier pour la livraison des deux traversiers, lesquels serviront au remplacement des NM Madeleine et NM Holiday Island.

Rappelons qu’en mai dernier, le fédéral avait annoncé qu’il souhaitait faire confiance au chantier maritime de Lévis pour livrer ces navires.

Mercredi, le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, s’est déplacé aux Îles-de-la-Madeleine pour faire l’annonce.

Au Chantier Davie, c’est le ministre fédéral de la Famille, Jean-Yves Duclos, qui a partagé la nouvelle avec les employés.

Quatre ou cinq ans

Ce contrat qui s’échelonnera sur « quatre ou cinq ans » devrait permettre la création d’une centaine de nouveaux emplois. Actuellement, l’entreprise compte 400 travailleurs.

C’est la première fois en une génération que le fédéral confie à Davie la construction d’un navire. Au cours des dernières années, le chantier maritime a principalement réalisé des conversions et des réfections de bateaux existants.

« Lorsque nous allons avoir consolidé notre renaissance avec des contrats gouvernementaux, on va pouvoir commencer à concevoir des produits de niche pour l’exportation à l’international. Nous avons beaucoup d’ambition », avance M. Boisvert.

Au cours des prochaines semaines, Davie et Ottawa devraient poursuivre leurs pourparlers sur les spécifications des traversiers.

« Au minimum, on peut penser qu’il s’agira d’un contrat de 200 millions $ par navire. Par la suite, la facture grimpera en fonction du type de propulsion et des exigences d’Ottawa », affirme une source.