/news/provincial
Navigation

Affluence monstre au Grand Marché

Des marchands ont épuisé leurs stocks lors de la première fin de semaine d’activité

Le maire de Québec a fait le tour du Grand Marché, accompagné des ministres Geneviève Guilbault et André Lamontagne, se félicitant du succès connu depuis l’ouverture.  Régis Labeaume en a même profité pour dérober quelques morceaux de fromage en grains à ces deux dames avec qui il a échangé quelques mots.
Photo Simon Clark Le maire de Québec a fait le tour du Grand Marché, accompagné des ministres Geneviève Guilbault et André Lamontagne, se félicitant du succès connu depuis l’ouverture.  Régis Labeaume en a même profité pour dérober quelques morceaux de fromage en grains à ces deux dames avec qui il a échangé quelques mots.

Coup d'oeil sur cet article

Avec une affluence monstre pour son ouverture, le Grand Marché a déjà fait ses preuves, selon le maire qui soutient que « l’indicateur du succès, c’est la rupture de stock ».

Le maire de Québec, Régis Labeaume, était tout sourire, jeudi, dans les allées du Grand Marché. Il se promenait à travers les étals, jasant avec les maraîchers et les commerçants, et pigeant même dans l’assiette d’une cliente qui ne lui en a pas tenu rigueur.

Quelques jours après l’ouverture au grand public, les politiciens étaient sur place, jeudi, pour procéder à son inauguration officielle et au dévoilement d’une plaque commémorative. M. Labeaume trace un premier bilan fort positif. L’engouement a été tel en fin de semaine que plusieurs marchands ont été pris de court, a-t-il raconté.

« Si les gens ont manqué de produits, ça veut dire que ç’a bien été et c’est arrivé dans plusieurs commerces. » Il a cité La Boîte à Pain, qui a dû « vider tous ses commerces pour emmener le matériel ici ». Cette semaine, tous avaient refait le plein.

Jusqu’à 40 000 personnes

En deux jours, la fin de semaine dernière, entre 30 000 et 40 000 personnes ont franchi les portes du Grand Marché, une affluence importante pour un premier contact entre les clients et les marchands.

« Les gens vendent. Les gens consomment et achètent. On voulait que les gens vivent une expérience, mais en même temps, les commerces font de bonnes affaires. Ça, c’est très important », s’est enthousiasmé le maire.

Est-ce que l’affluence se maintiendra ? « Les gens n’arrêteront pas d’avoir besoin de produits frais demain matin. Et il y a encore plein de gens qui n’ont pas découvert. Un Grand Marché, ça s’adopte. »

Arthur Cauchon, président de la Coopérative des horticulteurs de Québec, qui gère le Marché, est convaincu que la lune de miel n’est pas près de s’essouffler.

« Les gens nous connaissent. On a notre clientèle. Ils nous ont tous suivis. Et on a même de nouveaux clients. On a beaucoup de jeunes familles. » Il ne cesse de vanter la qualité des produits qui, selon lui, est le gage du succès.

Guilbault conquise

Jeudi, la vice-première ministre et responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, se présentait comme « future cliente du Grand Marché ». « L’achalandage est déjà très soutenu, la popularité est déjà évidente. » « Je me réjouis de voir que cet endroit deviendra vraisemblablement année après année, saison après saison, un noyau de découvertes agrotouristiques. »

C’est pour elle « la nouvelle destination gastronomique à Québec ».


► Le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, a profité de son passage au Marché pour annoncer une subvention de 450 000 $ sur trois ans pour aider au démarrage de l’aventure.