/opinion/columnists
Navigation

Alors, Justin? On s’excuse bientôt pour les horreurs de papa?

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau aime s’excuser. C’est plus fort que lui. Il prend la pose, il active ses glandes lacrymales, puis il livre un discours pour demander pardon au nom du Canada.

Dernier épisode en date : il s’est excusé aux Italiens persécutés par le gouvernement fédéral lors du dernier conflit mondial. Au fil du temps, il s’est aussi excusé aux Inuits, aux Indiens, aux Amérindiens, aux LGBTQ et à la communauté juive. J’en oublie sûrement.

On peut penser que certaines de ces excuses sont légitimes. Mais il n’en demeure pas moins que Justin Trudeau semble atteint d’excusite. Il scrute les livres d’histoire à la recherche de nouvelles occasions de s’excuser. Il s’imagine probablement qu’il y a une grandeur morale à s’accuser de tous les maux de la terre, comme si un esprit supérieur se reconnaissait dans sa capacité à s’autoflageller au nom de la vertu.

Excusite

Mais il y a un peuple auprès duquel Justin ne semble pas prêt de s’excuser. Surprise ! C’est le nôtre ! Alors qu’il aurait d’excellentes raisons de le faire.

Faisons un peu d’histoire pour lui rafraîchir la mémoire. En octobre 1970, le Québec est traversé par une crise violente. Le FLQ a décidé de frapper fort en kidnappant coup sur coup James Richard Cross et Pierre Laporte. Assurément, les autorités devaient réagir, vivement et fermement. Mais le gouvernement fédéral est allé bien au-delà de cela et en a profité pour mener une répression politique sans précédent.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Au programme : occupation militaire du Québec, arrestation massive de militants politiques et syndicaux, arrestation ciblée d’intellectuels et de poètes. En gros, il y aura plus de 450 arrestations arbitraires. Pauline Julien, Gérald Godin et Gaston Miron feront partie du lot. L’objectif du gouvernement fédéral était simple : prétextant s’en prendre à un mouvement terroriste, il cherchera en fait à casser le mouvement nationaliste démocratique. Le film Les ordres, de Michel Brault, a immortalisé ces tragiques événements.

Tout cela est de l’histoire ancienne ? Peut-être. Mais pas davantage que les autres événements qui ont poussé le premier ministre à mettre ses habits de grand pleureur. Alors pourquoi ne s’excuse-t-il pas pour les événements d’Octobre ?

Deux raisons.

La première, c’est qu’il devrait désavouer son père, le refondateur du Canada moderne, à qui il voue un culte. Pardonnons-lui cette manifestation de fidélité au paternel.

Trudeau

La deuxième est moins noble : c’est que le peuple québécois demeure celui sur lequel on peut cracher sans jamais se le faire reprocher. Pour le Canada anglais, la simple prétention qu’ont les Québécois d’être une nation relève déjà de l’intolérance. Notre existence, en quelque sorte, est déjà de trop. D’ailleurs, le Canada est prêt à reconnaître toutes les identités sauf la nôtre. La présente querelle autour de la laïcité nous le confirme.

Et pourtant, le Canada s’est comporté de manière criminelle à l’endroit des Québécois en octobre 1970.

Alors, Justin ? On s’excuse bientôt pour les horreurs de papa ?