/news/currentevents
Navigation

L’ex-pilote Normand Dubé espère être remis en liberté

GEN - NORMAND DUB�
Photo d'archives, Martin Alarie L’ex-pilote, Normand Dubé

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien pilote d’avion et d’hélicoptère Normand Dubé se défend d’être impulsif et dangereux, et demande de sortir de prison dans l’attente de son appel.

Récemment reconnu coupable de harcèlement et d’incendies criminels, l’homme de 57 ans a contesté cette condamnation la semaine dernière.

Il a ainsi déposé jeudi une requête à la Cour d’appel du Québec afin d’être remis en liberté, assurant ne pas représenter un danger pour le public.

Il argumente en effet que les crimes n’ont pas été commis contre « des individus inconnus, choisis au hasard » et ne démontraient pas « une violence sans limites ».

Pas des victimes vulnérables

« Il ne s’agit pas [...] de victimes vulné­rables, ciblées par un prédateur, car si on adhère à la perspective du juge de première instance, il s’agit de personnes précises liées à des litiges spécifiques », peut-on lire dans la requête.

Dubé a été reconnu coupable d’avoir commandé des incendies sur des résidences et un véhicule de fonctionnaires pour de vieilles disputes banales, comme des contestations de taxes municipales.

C’est d’ailleurs en raison de son « impulsivité », de son « déni total » et de son « haut risque de récidive » que Me Steve Baribeau de la Couronne avait demandé qu’il soit détenu immédiatement après qu’il avait été reconnu coupable pour ces crimes, en mai.

La semaine dernière, il a même déposé une requête afin que Dubé soit déclaré délinquant à contrôler, donnant en exemple son « caractère vindicatif et revanchard » et son « incapacité à contrôler ses émotions ».

 

Respect des conditions

Mais celui que l’on surnomme le pilote des stars insiste sur sa bonne conduite des dernières années, alors qu’il avait été remis en liberté dans l’attente des procédures.

En décembre dernier, Dubé a été condamné à sept ans de prison pour avoir saboté des lignes électriques d’Hydro-Québec. Après avoir porté cette cause en appel, il avait pu être libéré.

« Le tableau que nous dresse le dossier, à ce jour, est celui d’un individu qui a respecté toutes ses conditions qui lui avaient été imposées par la Cour », peut-on lire dans la requête de la défense.

Les parties devront débattre de cette requête pour remise en liberté le 11 juillet.

En août, les avocats plaideront à savoir si Dubé doit être déclaré délinquant à contrôler. La Couronne demande à ce sujet qu’il soit évalué en psychiatrie. Il sera d’abord rencontré par un criminologue qui produira un rapport présentenciel.