/sports/hockey
Navigation

Repêchage de la LNH: deux espoirs aux destins liés

Jack Hughes et Kaapo Kakko devraient s’affronter souvent dans le futur

Jack Hughes (ci-dessus) et Kaapo Kakko (ci-dessous) seront officiellement fixés sur leur avenir vendredi soir, à Vancouver.
Photo Didier Debusschères Jack Hughes (ci-dessus) et Kaapo Kakko (ci-dessous) seront officiellement fixés sur leur avenir vendredi soir, à Vancouver.

Coup d'oeil sur cet article

VANCOUVER | Les noms de Jack Hughes et Kaapo Kakko sont déjà intimement liés depuis plusieurs mois et ils le seront encore pour plusieurs années puisque c’est vendredi soir qu’on confirmera qu’ils deviendront des acteurs importants du prochain chapitre de la rivalité entre les Devils du New Jersey et les Rangers de New York.

À moins d’une énorme surprise, Hughes et Kakko seront les deux premiers joueurs à monter sur le podium du Rogers Arena de Vancouver, vendredi soir. Les Devils possèdent le premier choix au total tandis que les Rangers parleront deuxièmes.

Kaapo Kakko
Photo Didier Debusschères
Kaapo Kakko

Alors non seulement les deux hockeyeurs seront comparés pendant plusieurs années en raison de leur rang de sélection, mais ils le seront encore plus en raison de la proximité et de la rivalité entre les deux marchés.

« Ce sera cool d’être comparés, a estimé Hughes jeudi lors d’un événement organisé pour les médias, à Vancouver. On a vu comment Sidney Crosby et Alexander Ovechkin l’ont été pendant des années. Je ne dis pas qu’on sera Crosby et Ovechkin, mais c’est clair que nos parcours seront liés. »

Les deux joueurs ne se connaissent que très peu en dehors de la patinoire, d’ailleurs. Ils se sont affrontés à quelques reprises lors d’événements internationaux, mais n’avaient jamais eu la chance de se côtoyer à l’extérieur, avant cette semaine.

« On s’est serré la main pour la première fois aujourd’hui », a mentionné Hughes en riant.

« Il y a eu tellement de discussion au sujet de Jack et moi cette année, a renchéri l’attaquant finlandais. C’est un très bon joueur et un excellent patineur. J’aime son jeu. »

Kakko en apprentissage

S’il a clairement appris et assimilé le langage universel du hockey, Kakko doit encore se familiariser avec la culture et la langue anglaise. L’ailier de puissance a mentionné avoir tenté le plus possible d’entretenir des conversations avec des coéquipiers anglophones du TPS de Turku cet hiver en plus de regarder des séries anglaises afin de parfaire la langue de Shakespeare.

Déjà, on voit une amélioration puisqu’il a répondu à toutes les questions par lui-même. Parfois, les réponses étaient un peu courtes, mais c’est quand même bien considérant que lors du dernier Championnat mondial de hockey junior, tenu à Vancouver, en décembre et janvier derniers, il avait eu besoin d’un interprète pour répondre aux questions en anglais.

« Tout ça est nouveau pour moi. Parfois, c’est difficile, mais je suis meilleur que lors de ma dernière présence à Vancouver ! Mon coéquipier Lauri Korpikoski m’a aussi beaucoup aidé avec mon anglais cet hiver », a-t-il raconté.

Dans la LNH l’an prochain

Ah, et au cas où vous en doutiez encore, les deux hockeyeurs sont déterminés à écrire le premier chapitre de leur rivalité dès la saison prochaine.

« Mon but est de jouer dans la LNH dès l’an prochain. Je veux être le premier joueur directement sorti du programme national de développement américain à jouer dans la Ligue nationale. Je veux faire tomber cette barrière », a exprimé Hughes.

Même son de cloche chez Kakko.

« Je veux continuer à travailler sur ma force physique afin de débuter l’année dans la LNH. »


► La première ronde débutera sur les coups de 20 h vendredi soir. Les rondes 2 à 7 auront quant à elles lieu samedi.

 

Vasili Podkolzin ne se soucie pas des rumeurs

Vasili Podkolzin
Photo Didier Debusschères
Vasili Podkolzin

Plusieurs choses, positives et négatives, ont été écrites et dites au sujet de l’espoir russe Vasili Podkolzin au cours des dernières semaines. C’est toutefois loin de le déranger.

À un certain moment cette saison, il semblait clair dans la tête de tout le monde que Podkolzin serait le troisième joueur sélectionné en première ronde, tout juste derrière Jack Hughes et Kaapo Kakko.

Toutefois, un jeu un peu moins convaincant en fin de saison, dont au Championnat mondial des moins de 18 ans, ainsi qu’un contrat toujours valide pour les deux prochaines saisons dans la Ligue continentale de hockey (KHL) ont semblé refroidir plusieurs formations.

« Je ne me soucie pas de ça et j’essaie de ne pas trop regarder les différents classements. De toute façon, le repêchage est toujours imprévisible. Pour moi, l’important sera de me présenter demain [vendredi soir] et d’avoir du plaisir. Pour le reste, je n’ai pas de contrôle sur qui me choisira », a-t-il mentionné par le biais d’un interprète, jeudi.

La coupe, son rêve

Podkolzin l’assure : même s’il passera en théorie les deux prochaines saisons dans l’organisation du SKA de Saint-Pétersbourg, son rêve demeure d’un jour représenter une équipe du circuit Bettman.

« Je terminerai mon contrat de deux ans dans la KHL et ensuite mon plan est de venir jouer dans la LNH. Je veux y rester longtemps, car comme plusieurs jeunes, mon rêve est de gagner la coupe Stanley », mentionne-t-il.

C’est pour cette raison qu’il ne se soucie pas des craintes que peuvent avoir certaines équipes à son sujet. À ses yeux, l’équipe qui le choisira croira réellement en lui.

« Le rang de sélection m’importe peu. Ce que je souhaite, c’est me retrouver avec une équipe qui va me faire confiance et qui voudra me faire jouer. »