/news/currentevents
Navigation

Un texto pourrait être en cause

Un enfant de 10 ans repose dans un état critique à la suite d’un violent face-à-face

FD-ACCIDENT BLESSES
Photo Agence QMI, Erik Peters

Coup d'oeil sur cet article

Un texto au volant pourrait être à l’origine d’un grave face-à-face survenu mardi soir à Mercier, qui a plongé un enfant de 10 ans dans le coma. 

La collision est survenue vers 21 h sur la route 138, aussi appelée boulevard Saint-Jean-Baptiste, dans cette ville de la Rive-Sud. Un jeune homme de 18 ans, au volant de sa Honda Civic marine, circulait en direction sud lorsqu’il a dévié de sa trajectoire et s’est retrouvé dans la voie inverse. 

C’est ainsi que son véhicule a violemment heurté le VUS qui s’en venait en direction nord. 

Deux femmes et un enfant de 10 ans se trouvaient à bord de celui-ci. Les passagères, des résidentes de Châteauguay, s’en tirent avec des blessures importantes. Elles souffrent notamment de fractures, mais leur vie n’est pas en péril. 

Le garçon de 10 ans a toutefois eu moins de chance. 

Coma artificiel 

Il a été conduit d’urgence au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, à Montréal. Une fois sur place, les médecins ont jugé qu’un coma artificiel était la meilleure façon de lui sauver la vie en raison d’une importante hémorragie interne. 

« Son état est jugé critique, mais stable », a indiqué Vincent Lanctôt, porte-parole de la police de Mercier. 

Le conducteur de 18 ans, qui n’a subi que de légères blessures, aurait été distrait par son téléphone peu avant l’accident. C’est du moins la thèse priorisée par les policiers jusqu’à présent, selon nos sources. 

Le jeune homme aurait ainsi quitté la route des yeux pour un texto. Or, cette information reste à être confirmée par la police, qui devra saisir et analyser le cellulaire du jeune homme pour en être certaine. 

Possibles accusations criminelles 

Si les enquêteurs parviennent à prouver cette thèse, le conducteur pourrait faire face à des accusations criminelles. 

Des reconstitutionnistes de la Sûreté du Québec ont été appelés en renfort afin de refaire la scène et comprendre avec le plus de précision possible ce qui a mené au violent face-à-face. 

L’enquête se poursuit et il pourrait s’écouler plusieurs semaines avant qu’elle connaisse un dénouement.