/sports/opinion/columnists
Navigation

Pas le droit à l’erreur

Ryan Poehling a démontré de belles qualités lors de son premier match contre les Leafs en avril dernier.
Photo d’archives, Martin Chevalier Ryan Poehling a démontré de belles qualités lors de son premier match contre les Leafs en avril dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Dans une ligue où la parité exerce un tel impact, les décideurs de toutes les équipes de la Ligue nationale n’ont plus le droit à l’erreur. Un mauvais choix pourrait avoir de lourdes conséquences sur les prochaines saisons.

Le classement de la dernière saison a laissé des traces.

Le moindre point a toute sa signification.

Par conséquent, on doit songer à l’avenir tout en gardant en perspective que les amateurs et surtout les propriétaires veulent des résultats rapides.

Pour atteindre les objectifs, il faut que le directeur général soit clairvoyant, il doit exiger de ses recruteurs de la créativité. On ne peut plus négliger les moindres détails.

Si on doit aller dans les endroits les plus éloignés de la planète parce qu’il y a semble-t-il un joueur répondant aux exigences du hockey professionnel, ça vaut le déplacement.

De l’espoir dans l’air

Marc Bergevin et son groupe auront trois choix parmi les 50 premières sélections. Une situation intéressante et une occasion de donner encore plus de lustre à une relève qui montre finalement des signes encourageants.

Jasperi Kotkaniemi a surpris tout le monde l’an dernier. Nick Suzuki tentera sa chance après une saison fructueuse dans la Ligue junior de l’Ontario. Et Ryan Poehling a laissé comme carte de visite une performance spectaculaire à son premier match face aux Maple Leafs de Toronto.

On ne s’emballera pas tout de suite.

Il reste que sur le tableau des effectifs, il y a de l’espoir.

Maintenant, on doit maintenir la tendance.

Cam York. Raphael Lavoie. Enfin, tous les autres joueurs dont on a analysé les qualités et les faiblesses au cours des derniers jours, pour la plupart des défenseurs gauchers, Lavoie étant l’exception puisqu’il est avant tout un marqueur de premier plan, sont des inconnus pour nous tous... ou presque.

Mais pas pour les recruteurs du Canadien, ce n’est plus un secret, ils ont un profil de chacun des joueurs ciblés. Ils les ont rencontrés au Combine, à Buffalo, où les patineurs ciblés ont pu réaliser que Bergevin et Trevor Timmins avaient de gros biceps.

C’est le moment de passer le grand examen.

Ils obtiendront une première note dans un an ou deux.

Quant à Bergevin, il fait du lèche-vitrine, il tente de dénicher des aubaines. Déjà, comme il le précisait, il a fait une offre à Jordie Benn et il l’a rejetée. Bergevin n’a sûrement pas grimacé. Benn ne cadre plus dans les plans de l’organisation.

Ce qui m’étonne, c’est le fait que Michael McCarron est toujours dans l’entourage de l’équipe. Sans doute que Joël Bouchard lui a accordé de bonnes notes au terme de la dernière saison dans la Ligue américaine. Mais saura-t-il profiter de l’occasion ? « On pourra le soumettre au ballottage », a répondu Bergevin qui ne semble pas tellement convaincu que l’ex-choix de première ronde obtiendra une place en permanence dans le vestiaire du Tricolore.

Les priorités n’ont pas changé. Un compagnon de jeu pour Shea Weber. Et, un joueur de centre de premier niveau. Certes, Matt Duchene serait une bonne acquisition, mais attention, a-t-il les ressources pour faire la différence ? C’est ce qu’on exige habituellement de la part d’un patineur qui voudra faire sauter la banque.

Krug, McAvoy, Backes...

• Le directeur général Don Sweeney, des Bruins de Boston, a quelques dossiers intéressants sur son bureau. Va-t-il accorder un contrat de plusieurs saisons à Charlie McAvoy ? Le jeune défenseur n’est-il pas reconnu présentement comme le défenseur numéro un de l’organisation ? Il n’a pas vraiment le choix. Il y a aussi le dossier Torey Krug. Depuis le temps que les Bruins veulent se départir de leur défenseur, voilà que Krug a été l’un des grands artisans des succès des Bruins au cours de la dernière saison et pendant les séries éliminatoires. Peut-il vraiment l’échanger ? De prime abord, la réponse est non. Finalement, Sweeney pourrait-il racheter le contrat de David Backes ?

• Joe Sakic est dans une situation à faire rêver. Il choisira au 4e rang lors du premier tour de l’encan amateur, ce soir à Vancouver. Il bénéficie de plus de 25 millions de dollars pour tenter sa chance sur le marché des joueurs autonomes... cependant, il doit garder en perspective qu’il aura à négocier un contrat de plusieurs saisons avec Miko Rantanen et cela veut dire près de

10 M$ par année...

• On peut toujours se demander si les Flyers de Philadelphie ont perdu la tête en accordant un contrat de plus de 7 M$ à Kevin Hayes, un centre qui n’a jamais rien cassé depuis son arrivée dans la Ligue nationale. Cependant, il faut croire qu’Alain Vigneault voue un grand respect pour Hayes, qu’il a dirigé avec les Rangers de New York. Vigneault a fortement recommandé à ses patrons d’embaucher Hayes...

• Par ailleurs, ces mêmes Flyers ont-ils adopté la philosophie des Blues de St. Louis en misant sur quatre défenseurs de plus de 6’3’ ? Matt Niskanen s’est joint à l’équipe ainsi que Justin Braun. Le jeune Philippe Myers est assuré d’un poste avec l’équipe. Tous des défenseurs format géant...

• Julien BriseBois se propose de rencontrer l’agent de Brayden Point, si ce n’est pas déjà fait. Également, le décideur du Lightning de Tampa Bay est à la recherche d’un défenseur droitier pouvant évoluer dans le Top 4 de son organisation. Il a ciblé Ramus Ristolainen, des Sabres de Buffalo. On peut imaginer que les deux formations seraient alors impliquées dans une méga transaction si jamais on trouvait un terrain d’entente...

• Quels moments touchants, mercredi soir, au gala de la Ligue nationale alors que Carey Price a accueilli un jeune garçon qui a perdu sa mère après une dure bataille avec le cancer. Un moment, jumelé à celui de Robin Lehner, qui a avoué sa maladie, qui a marqué la soirée de la remise des trophées de la Ligue nationale.