/finance
Navigation

Scandale Desjardins: l’AMF met en garde contre les tentatives de fraudes

Scandale Desjardins: l’AMF met en garde contre les tentatives de fraudes
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’Autorité des marchés financiers (AMF) met en garde les millions de membres de Desjardins contre d’éventuels courriels, textos et appels frauduleux qui pourraient essayer de les piéger.

« Des fraudeurs pourraient être tentés de vous contacter afin de vous soutirer des informations personnelles sous prétexte de mesures de sécurité ou de mises à jour instituées à la suite de la découverte de l’incident dévoilé le 20 juin 2019 », a prévenu vendredi l’AMF dans un communiqué, avec le mot « Mise en garde » en grosses lettres.

Après avoir qualifié de « très sérieuse » et « d’incident majeur » la fuite de renseignements personnels chez Desjardins, l’AMF a tenu à faire un appel à la vigilance pour prévenir les cas de fraude.

Ne jamais répondre

L’Autorité conseille de ne jamais répondre aux courriels, textos ou appels qui demandent des renseignements personnels. Elle ajoute que les fraudeurs peuvent tenter de se faire passer pour Desjardins pour avoir de l’information sensible.

Même si le nom de l’institution, son logo et son adresse semblent légitimes, l’AMF recommande d’ignorer ces communications qui risquent d’être frauduleuses.

L’Autorité rappelle aussi qu’il vaut mieux ne pas cliquer sur le lien internet de ces messages, qui mène parfois à de faux sites. D’autant plus que Desjardins a indiqué qu’elle communiquerait par « courrier régulier » avec ses membres touchés par la fuite.

À l’affût

Malgré ses mises en garde, le porte-parole de l’AMF, Sylvain Théberge, a affirmé vendredi au Journal qu’il ne s’attendait pas à recevoir des plaintes à l’égard de la fuite d’informations personnelles.

M. Théberge a une fois de plus souligné la transparence de Desjardins et les mesures prises par l’institution en les qualifiant de « satisfaisantes ». 

Il a cependant fait savoir que l’organisme allait garder l’œil ouvert. 

« Nous serons par ailleurs à l’affût de possibles plaintes relatives à des tentatives de fraude qui pourraient survenir », a-t-il précisé.

Jointe par Le Journal, la superviseure du centre d’appel du Centre antifraude du Canada (CAFC), Lisanne Roy Beauchamp, a dit être très occupée de son côté.

« Nous recevons actuellement un grand nombre d’appels de membres de Desjardins qui souhaitent signaler que leurs informations ont été divulguées dans le cadre de la brèche », a-t-elle conclu.