/news/green
Navigation

Terrain infesté de vers blancs à Sainte-Foy

Des centaines d’usagers doivent être relocalisés

Ce terrain de soccer de la base de plein air de Sainte-Foy est infesté par des vers blancs. Ceux-ci ne sont toutefois pas nocifs pour les humains.
Photo Jean-François Desgagnés Ce terrain de soccer de la base de plein air de Sainte-Foy est infesté par des vers blancs. Ceux-ci ne sont toutefois pas nocifs pour les humains.

Coup d'oeil sur cet article

Quelques centaines de sportifs qui pratiquaient sur le terrain de soccer de la base de plein air de Sainte-Foy ont été déplacés en raison d’une infestation de vers blancs.

La fermeture sera en vigueur tout l’été, pour éviter la propagation lors du traitement.

Selon nos informations, une vingtaine d’équipes de la ligue Cap-Rouge Saint-Augustin (CRSA), ainsi que quelque 200 joueurs de frisbee de la ligue Ultimate Québec qui utilisaient ce terrain, ont déjà été déplacées ailleurs sur le territoire de la ville de Québec.

Un exemple de ver blanc.
Photo d'archives
Un exemple de ver blanc.

Larves de scarabée

La plupart du temps, les vers blancs sont en fait des larves de scarabée japonais, qui se nourrissent des racines du gazon. L’insecte volant à carapace peut ainsi se déplacer pour aller pondre ses larves, ce qui peut rendre son extermination plus complexe, explique Pierre Fiset, propriétaire d’Air-O-Sol, spécialisée en traitements de pelouses.

« Ça fait que le gazon n’a plus de coloration et se soulève facilement du sol. Puis, le pollen s’installe et il peut y avoir des mauvaises herbes qui poussent », explique-t-il.

Importants dommages

Selon M. Fiset, les vers blancs sont plutôt répandus au Québec et peuvent causer d’importants dommages aux terrains touchés s’ils ne sont pas traités à temps. Ils ne sont toutefois aucunement nocifs pour l’humain.

Selon le spécialiste, les traitements peuvent prendre quelques semaines, selon l’étendue du problème.

« Nous devons arroser le gazon pour les faire remonter à la surface, puis on applique un insecticide. Le problème peut se régler en un ou deux traitements », indique M. Fiset, précisant qu’un traitement peut s’échelonner sur trois à quatre semaines.

Rénovations

Des travaux de rénovation sont par ailleurs en cours depuis le mois de mars 2018 à la base de plein air de Sainte-Foy, pour la création d’un nouveau pavillon d’accueil.

Estimés à 9,4 M$, les travaux qui ont pris du retard devaient se terminer en avril dernier. Sans pouvoir donner de date précise, la porte-parole de la Ville, Wendy Whittom, a indiqué que le futur bâtiment sera « complété sous peu et sera ouvert au cours des prochaines semaines ».