/news/provincial
Navigation

Un projet réduit qui serait non rentable

Le propriétaire du 8, rue McWilliam pourrait vendre

L’architecte François Moreau souligne que de nombreuses modifications ont été apportées au projet du 8, rue McWilliam pour limiter l’impact visuel du dernier étage à partir de la rue, optimiser l’ensoleillement et garder de la verdure autour de l’édifice.
Courtoisie ABCP Architecture L’architecte François Moreau souligne que de nombreuses modifications ont été apportées au projet du 8, rue McWilliam pour limiter l’impact visuel du dernier étage à partir de la rue, optimiser l’ensoleillement et garder de la verdure autour de l’édifice.

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire du 8, rue McWilliam pourrait bien songer à vendre son terrain à un autre promoteur, faute de rentabilité, si son projet d’édifice ne passe pas la rampe à la Ville de Québec.

L’architecte au dossier, François Moreau, d’ABCP Architecture, a indiqué au Journal que le projet actuel, qui compte un étage de plus que ne le permet le zonage et qui rebute certains citoyens, a été pensé pour être réalisé avec des matériaux de qualité qui s’intègrent au patrimoine bâti.

Accessible aux familles

On parle d’une façade de pierre et d’un toit en mansarde en tôle canadienne à baguettes, des matériaux coûteux. Enlever un étage ferait perdre de la rentabilité au projet, explique M. Moreau.

Le propriétaire du terrain voulait faire en sorte que les 42 logements demeurent accessibles pour les familles, ajoute-t-il. Avec un étage de moins, il faudrait hausser les prix de 18 à 20 % pour parvenir au même coût de revient.

« Économiquement, pour le projet qui est présenté actuellement, ça ne fonctionne pas », dit-il. S’il est forcé de réduire son projet, le propriétaire pourrait décider que le jeu n’en vaut pas la chandelle, selon François Moreau, et on pourrait se retrouver avec un édifice qui jure dans le paysage.

Risqué

« Avec un projet de cette qualité, à mon avis, il va choisir de ne pas prendre de risque. Étant donné que ce n’est pas un promoteur immobilier, il va le céder à un promoteur qui va réaliser, comme certains l’ont mentionné, un bâtiment en briques avec une toiture plate qui va être très visible des fortifications. On va avoir encore un immense toit plat avec une membrane grise. »

Le projet a fait l’objet d’une consultation publique. Les conclusions de celles-ci, assorties des recommandations du conseil de quartier, seront transmises au conseil d’arrondissement, qui tranchera.

Si la dérogation est accordée, les citoyens qui s’y opposent pourraient demander l’ouverture de registres pour la tenue d’un référendum. Le propriétaire espère qu’on n’en viendra pas là.