/misc
Navigation

La course à obstacles de la CAQ

François Legault
Photo d’archives, Simon Clark François Legault

Coup d'oeil sur cet article

François Legault et la CAQ flottent sur un nuage parfumé de sondages approbateurs. Mais, loin de passer l’été à se baigner dans la vanité, ils devront se préparer à relever des défis colossaux, parmi les plus importants de leur mandat.

Les caquistes voudront sûrement prendre le temps de souffler un peu. Depuis juin 2018, ils ont été astreints à un rythme d’enfer. François Legault avait demandé à ses troupes de ne pas prendre de vacances pour mener le long combat électoral. Il y a eu ensuite la formation du gouvernement, l’apprentissage en accéléré et la livraison de premiers engagements, parsemés d’imprévus énergivores de type tempêtes et inondations !

Même si certains engagements ont été mal planifiés, au premier chef l’implantation massive de maternelles 4 ans, l’équipe Legault a globalement passé le test de ses premiers mois de gouvernance. Mais pour plusieurs joueurs importants, les vacances estivales ressembleront à un arrêt aux puits dans une course de Formule Un.

Beaucoup à livrer

Parmi les défis qui doivent être surmontés par le gouvernement dès les prochaines semaines, on retrouve :

  • La transformation de la Protection de la jeunesse, pour que plus jamais ne se produise une tragédie comme celle de Granby ;
  • La livraison d’un nouveau Fonds vert pour une meilleure utilisation des deniers publics, et pour que les objectifs de lutte contre les changements climatiques ne soient pas qu’un marketing vert de façade ;
  • La présentation d’un projet de 3e lien entre Québec et Lévis, dont la pertinence et l’efficacité doivent être démontrées, surtout dans le contexte des « routes en déroute ».

Le gouvernement jouit d’une spectaculaire cote de popularité et de précieux surplus financiers. Il doit se montrer à la hauteur et opérer de nécessaires changements. Il profite aussi d’une opposition affaiblie. Dans cette course à obstacles, certains des autres compétiteurs peinent à franchir la ligne de départ.

Deux partis qui se cherchent

Tant le Parti libéral du Québec que le Parti québécois se cherchent une identité. Dans les deux cas, les partis sont menés par des chefs intérimaires qui font leur possible. Dans les deux cas, la course à la direction suscite zéro engouement.

Installés sur les banquettes de l’opposition officielle, les libéraux ont souvent donné l’impression de ne pas comprendre encore pourquoi ils ont perdu le pouvoir. Leur long passé « aux affaires » a aussi entraîné des moments surréels. Ils ont critiqué des lois mal ficelées, pourtant adoptées pendant leur règne, notamment celle sur l’encadrement du cannabis.

Au Parti québécois, la démarche de consultation pour redéfinir le parti au moyen d’un sondage avec choix de réponses paraît plutôt enfantine. Est-ce que vous trouvez le parti « chicanier » ? « Rassembleur » ? On dirait presque une blague...

QS et la laïcité

Quant à Québec solidaire, son travail efficace au Salon bleu a été assombri par sa volte-face sur la laïcité.

Il faut rappeler que les élus prônaient l’interdiction des signes religieux chez les personnes en autorité pendant la campagne électorale. Ils sont devenus contre à la faveur d’un Conseil national des membres pro-multiculturalisme, à la fin mars.

Lorsque Manon Massé, au bord des larmes, a lâché « j’ai mal à mon Québec » au moment du vote sur le projet de loi 21, dimanche, on pouvait trouver que la lamentation sonnait un peu faux.

Principaux projets de loi parmi les 16 adoptés durant la session parlementaire

  • Loi sur la nomination des patrons de l’UPAC, de la SQ et du DPCP aux deux tiers de l’Assemblée nationale
  • Loi sur le taux unique de taxation scolaire
  • Loi limitant les indemnités de départ accordées aux cadres du réseau de la santé et des services sociaux
  • Loi modifiant l’indemnisation en cas de sinistre, comme les inondations
  • Loi réformant le système d’immigration
  • Loi encadrant les frais de scolarité
  • Loi sur la laïcité de l’État
  • Loi concernant le Réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec

Principaux projets de loi dont l’étude a été entreprise, mais qui n’ont pas été adoptés

  • Loi resserrant l’encadrement du cannabis
  • Loi sur les maternelles 4 ans
  • Loi favorisant la transformation numérique de l’administration publique
  • Loi réformant l’industrie du taxi