/news/transports
Navigation

Vent d’espoir pour le pont sur le Saguenay

Le MTQ veut améliorer son expertise en matière de ponts suspendus

Coup d'oeil sur cet article

L’embauche d’experts par le ministère des Transports du Québec (MTQ) pour la réfection du pont Pierre-Laporte insuffle un vent d’optimisme sur la Côte-Nord de voir enfin se réaliser l’ouvrage qui permettrait à la route 138 d’enjamber la rivière Saguenay.

Le MTQ a publié en mai un appel d’intérêt pour trouver «un expert en ponts suspendus ou à haubans pour assistance technique et transfert d’expertise.» Le MTQ étudie actuellement les documents soumis par les six firmes qui ont répondu à l’appel.

«On a applaudi en l’apprenant (que le MTQ cherchait un expert)», lance Marc Gilbert, président de la Société du pont sur le Saguenay.

La Société a soumis en 2015 un projet de 550 millions de $ incluant la construction du pont, de 22km de route et d’un tunnel de 600m. Ce pont passerait plus au nord sur le Saguenay, plutôt qu’à l’emplacement de la traverse actuelle. Comparativement, une étude du MTQ atteignait le milliard de $ en 2009.

Pierre Breton, membre de la Société, s’est rendu en Norvège et au Danemark, notamment, où se trouvent des ponts comparables à celui de leur projet. Il a rencontré des firmes spécialisées, dont l’une a même endossé leur proposition.

«Le MTQ ne pouvait contester nos chiffres puisqu’il n’a personne qui connaît à fond les ponts suspendus comme le nôtre. Ça les a ébranlés de voir les références qu’on leur a données. On s’est même fait dire qu’ils ont cherché des experts à l’étranger pour valider nos chiffres. Ça nous rassure de savoir que nous pourrons parler à des gens qui connaissent ça», ajoute M. Gilbert.

Ce dernier y voit un premier développement concret depuis la mise en œuvre du Bureau de projet du pont sur le Saguenay mis en place il y a un an par le précédent gouvernement.

L’argument économique

La Société et de nombreux autres intervenants de la Côte-Nord ont formé un comité de liaison en contact avec le Bureau de projet. Deux réunions ont eu lieu entre les deux entités et une troisième est prévue en août. «Au comité de liaison, nous sommes confiants. Nous avons beaucoup d’écoute de la part du Bureau de projet», affirme M. Gilbert.

Marc Gilbert est convaincu que le dossier d’opportunité, un résumé des travaux du Bureau, qui devrait être publié l’an prochain, va être favorable à leur projet. «L’étude va démontrer que le pont est moins cher que les traversiers pour le citoyen payeur de taxes et que ça a des impacts positifs à tous points de vue».

Contexte favorable

De nombreux autres facteurs rendent la Société plus optimiste que jamais. Deux nouveaux traversiers de plus grande capacité ont récemment été mis en service. M. Gilbert craint qu’ils n’amplifient les problèmes de circulation dans Charlevoix en relâchant plus de véhicules simultanément. Un pont, pense-t-il, pourrait régler ce problème et empêcher de plus gros investissements dans le réseau routier.

Le pont pourrait maintenant aller en appel d’offres à l’international en raison des ententes économiques. «En Europe, ce genre de pont est maintenant construit à partir de sections de 40m venant de la Chine. Il est assemblé en 30 jours. Ensuite, il reste 18 mois de travaux de soudure et de finition. C’est incroyable!», explique M. Gilbert.

La possible mise en œuvre de mesures plus strictes pour la protection des bélugas et des baleines plaiderait aussi pour le pont puisque les 40 000 passages annuels des traversiers créent des nuisances sonores.

Il en va de même aussi pour le projet de prolongement de la route 138 vers le Labrador et la relance du Plan Nord, susceptibles d’augmenter notablement le débit de circulation.

La Société du pont sur le Saguenay

  • Fondée en 2000
  • Apporte une expertise technique
  • Constituée de citoyens bénévoles
  • Regroupe notamment des ingénieurs actifs et retraités
  • Enregistrée au registre des lobbyistes (depuis l’élection de la CAQ)

 

2 types de ponts à câble

  • Suspendu : 2 câbles principaux sont ancrés à la rive et supportés par des pylônes. Le tablier est relié par des câbles verticaux à ces câbles principaux.
  • À haubans : le tablier est directement relié aux pylônes par des câbles obliques.
  • Le MTQ a 4 ponts suspendus et 3 à haubans sous sa responsabilité