/entertainment
Navigation

Une offre élargie d’épiceries zéro déchet

Catherine Trudel Guy et Jeanne Loignon, propriétaires de l’escargot gourmand.
Photo Stevens LeBlanc Catherine Trudel Guy et Jeanne Loignon, propriétaires de l’escargot gourmand.

Coup d'oeil sur cet article

Le mouvement zéro déchet ne cesse de prendre de l’ampleur à Québec avec près d’une dizaine d’épiceries dédiées à ce mode de pensée écoresponsable, en proposant notamment des produits en vrac, sans emballage, biologiques et locaux.

La toute dernière épicerie du genre a ouvert ses portes à la fin du mois de mai dans le quartier Sillery. L’Escargot gourmand s’inspire du concept de Slow Food, qui s’oppose à la mondialisation et aux nouveaux systèmes alimentaires tels que le Fast Food, et dont l’emblème est le colimaçon.

« On voulait offrir un environnement favorable à la saine alimentation, et à cela s’est ajouté l’enjeu environnemental qui nous touche vraiment », explique la copropriétaire de l’Escargot gourmand, Jeanne Loignon.

« On s’est rendu compte dans les deux dernières années que c’est maintenant qu’il fallait agir, et on a voulu transmettre ça à la communauté via une épicerie zéro déchet. »

Limiter le gaspillage

Le concept qui se cache derrière ces commerces est essentiellement le même. Les consommateurs apportent leurs contenants propres qu’ils pèsent avant de les remplir du produit désiré.

Une fois à la caisse, le poids du contenant est déduit du poids total et le client débourse la somme liée à la quantité de produits achetée.

« On a aussi un mur de pots de la solidarité », lance Catherine Trudel Guy, copropriétaire de l’Escargot gourmand. « Tu fais un pot de sauce à spaghetti et il te reste un pot. Plutôt que de le mettre au recyclage, tu peux l’apporter ici. On le lave au lave-vaisselle. On les pèse et les met ensuite à donner pour les clients. »

Les légumineuses, les noix, les fruits séchés, les produits céréaliers, les pâtes, les farines, les huiles, les épices, les vinaigres, les produits ménagers et corporels garnissent notamment les présentoirs du commerce. Du tofu, du lait, du fromage et des œufs sont également offerts.

« Ça dépend de la diète de chacun, mais un végétarien peut pratiquement arriver à effectuer son épicerie au complet », soutient Mme Trudel Guy, qui ajoute que les aliments sont offerts selon la quantité désirée afin d’éviter le gaspillage.

Les propriétaires ont également installé un mur hydroponique de 180 espaces où poussent des salades et du kale, entre autres. « On procédera à notre première récolte dans les prochains jours », se réjouit Mme Loignon.

Démocratiser le zéro déchet

Étudiantes à la maîtrise en nutrition à l’Université Laval, les jeunes femmes d’affaires ont accordé une place de choix aux aliments frais et « santé » dans leur commerce puisqu’elles favorisent une alimentation équilibrée. Le caractère biologique et local des produits de même que les prix abordables ont également été des critères pris en compte.

« Nous sommes près de l’université, alors on voulait que les prix soient abordables parce que si ça devient trop cher, les gens vont juste aller à l’épicerie et acheter emballé », admet Mme Loignon.

Selon les propriétaires, le quartier Sillery, en pleine revitalisation, avait besoin d’une épicerie zéro déchet afin que davantage de gens adhèrent au mouvement. L’accessibilité freinait les gens, selon Mme Trudel Guy, qui confie qu’une bonne partie de la clientèle de l’Escargot gourmand était « prête à y faire son épicerie » entière.

« On a réussi le pari d’aller chercher des gens qui ne seraient pas nécessairement entrés dans une épicerie zéro déchet, comme les 50 ans et plus qui vivent dans le quartier depuis des années et qui ne comprennent pas trop la dynamique », dit-elle.

« On a misé sur les contenants par gravité, plus hygiéniques, et des cuillères dans les contenants. Un environnement clair, propre, épuré, très simple pour que les gens aient envie d’entrer. On a voulu démocratiser le zéro déchet. »

Qu’est-ce que le zéro déchet ?

Mouvement qui s’inspire des 5 R * :

  • Refuser ce dont nous n’avons pas besoin.
  • Réduire ce dont on a besoin.
  • Réutiliser en remplaçant les produits jetables par un équivalent réutilisable.
  • Recycler ce qu’on ne peut refuser, réduire ou réutiliser.
  • Composter (rot en anglais) le reste.

L’objectif est de réduire au maximum sa production de déchets à la source en s’inspirant de ces 5 R et de minimiser son empreinte écologique.

*Source : Association québécoise zéro déchet

5 autres épiceries à découvrir

Le Haricot Magique

Myriam Lachance, cofondatrice de l’épicerie
Le Haricot magique.
Photo courtoisie
Myriam Lachance, cofondatrice de l’épicerie Le Haricot magique.

♦ 506, rue Saint-François Est, Québec

Panoplie de produits en vrac en plus d’un comptoir de prêt-à-manger.


La Récolte

On trouve des produits en vrac À l’épicerie
La Recolte.
Photo Jean-François Desgagnés
On trouve des produits en vrac À l’épicerie La Recolte.

♦ 2 succursales : 885, 3e Avenue, Québec, et 980, avenue Cartier, Québec

Réduire le gaspillage alimentaire et la production de déchets grâce à la vente de produits en vrac dans un contexte minimaliste et zéro déchet.


Le Bidon rempli

Le bidon rempli offre des produits alimentaires, corporels et ménagers en vrac.
Photo courtoisie
Le bidon rempli offre des produits alimentaires, corporels et ménagers en vrac.

♦ 5731, rue Saint-Louis, Lévis

Produits alimentaires, corporels et ménagers en vrac. Majoritairement locaux, biologiques et équitables.


L’Atelier en vrac

L’Atelier en vrac offre des produits corporels, ménagers et d’artisanat de même que des aliments en vrac.
Photo courtoisie
L’Atelier en vrac offre des produits corporels, ménagers et d’artisanat de même que des aliments en vrac.

♦ 2694-106, boulevard Talbot, Stoneham-et-Tewkesbury 

Produits en vrac et aliments faits à base d’ingrédients naturels.


Les gourmandises LOUCA

Les gourmandises Louca est un restaurant végétalien et biologique qui abrite une épicerie zéro déchet. Ici, Grégory Giron 
copropriétaire.
Photo courtoisie
Les gourmandises Louca est un restaurant végétalien et biologique qui abrite une épicerie zéro déchet. Ici, Grégory Giron copropriétaire.

♦ 778, rue Saint-Jean, Québec

Restaurant/pâtisserie végétalien et biologique combiné à une épicerie zéro déchet.

Catherine Trudel Guy et Jeanne Loignon, propriétaires de l’escargot gourmand.
Photo courtoisie