/opinion/columnists
Navigation

Vive le Québec fier!

Coup d'oeil sur cet article

L’histoire québécoise a commencé par une épopée. C’était celle de l’Amérique française, avec nos grands explorateurs, véritables héros plus grands que nature. Mais notre histoire change brusquement avec la Conquête. Désormais, les Québécois, qu'on appelait alors les Canadiens, devaient survivre.

Mais très rapidement, ils passent de la survie au désir de libération, à travers l’aventure des Patriotes, qui se sont sacrifiés pour la liberté de leur peuple. Nouvel échec. Les Britanniques programment notre disparition avec Durham. 

Commence une nouvelle période de survivance. Mais même à cette époque, on trouve de grands résistants. Parmi ceux-là, Honoré Mercier, dont il faudrait redécouvrir la mémoire. À partir des années 1920, ceux qu’on appelait alors les Canadiens français recommencent à rêver d’affranchissement. 

Toutefois, c’est en 1960, avec la Révolution tranquille, que les Québécois se donnent enfin le projet de reprendre en main leurs destinées. Maîtres chez nous! C’était l’époque de René Lévesque. 

Pays 

La Révolution tranquille nous a permis de faire de grands progrès. Mais on oublie trop souvent qu’elle a échoué. Car elle devait faire du Québec un pays ou, du moins, une société distincte dans le Canada. Au contraire, le résultat politique de cette époque, c’est la constitution de 1982 qui a consacré le multiculturalisme comme idéologie officielle, transformant le peuple québécois en minorité ethnique parmi d’autres. Au fil des ans, cette idéologie a contribué à la dissolution de la nation québécoise. 

L’échec de l’indépendance du Québec a brisé certains de nos ressorts identitaires. Le référendum de 1995 n’était pas une victoire morale, mais une vraie défaite politique. Depuis, les Québécois ont connu une déprime collective, qu’ils ont voulu dissimuler derrière leur proverbiale joie de vivre. À défaut d’être un peuple indépendant, nous allions être la société la plus festive et la plus progressiste du monde. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Mais dans les faits, notre peuple s’est laissé culpabiliser. On ne se fait pas accuser de racisme et d’intolérance pendant 20 ans sans effets. Notre culture ne serait-elle pas un fardeau? 

Mais depuis quelques mois, les Québécois ont renoué avec la fierté. Les élections du 1er octobre avaient une dimension historique. Elles ont marqué la rupture avec ce qu’on pourrait appeler la grande noirceur antinationaliste et identitaire post-référendaire. 

François Legault est un premier ministre surprenant. Il est manifestement à l’aise dans le rôle de premier ministre, qui le grandit. 

Legault 

Il fait penser à Daniel Johnson père. Avant son élection, en 1966, il passait pour un politicien provincial sans trop d’envergure. Devenu premier ministre, il se métamorphosera en homme d’État en embrassant les aspirations de son peuple. 

Il en est de même pour François Legault. Le politicien comptable est devenu un leader national. Entre lui et les Québécois, c’est la lune de miel. Ce n’est évidemment pas parce que les Québécois s’enthousiasment pour sa gestion quotidienne, mais parce qu’il a su prendre au sérieux avec la laïcité la question identitaire. Il a rendu possible une victoire collective. Il en faudra d’autres! 

C’est une nouvelle période d’affirmation qui commence. Alors, disons-le fièrement! Vive le Québec! Et bonne fête nationale!