/sports/hockey
Navigation

Spencer Knight, un futur Carey Price?

Spencer Knight, un futur Carey Price?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Panthers de la Floride ont des dossiers à régler ces temps-ci, particulièrement devant le filet, mais ils pourraient avoir frappé un coup de circuit en repêchant le gardien Spencer Knight le week-end dernier.

L’athlète de 18 ans, 13e sélection de l’encan amateur de la Ligue nationale vendredi dernier, est devenu le premier homme masqué depuis Andrei Vasilevskiy, du Lightning de Tampa Bay en 2012 à se retrouver dans le top 20 d’un repêchage. Et déjà, les comparaisons le concernant sont pour le moins évocatrices.

Certains ont mentionné les noms de Carey Price et Sergei Bobrovsky pour décrire Knight, qui semble très solide entre les deux oreilles et qui est aussi très habile pour refiler des passes à ses coéquipiers.

«Ce que j’aime le plus chez lui, c’est que rien ne le perturbe vraiment. Il est en contrôle», a mentionné le directeur général des Panthers, Dale Tallon, au site NHL.com.

Spencer Knight, un futur Carey Price?
AFP

«Regardez les meilleurs gardiens de la ligue et en quelque part, vous verrez que Spencer leur ressemble. Il a le calme d’un Price et l’éthique de travail d’un Bobrovsky, [...] en plus des qualités athlétiques d’un Frederik Andersen», a ajouté l’instructeur des gardiens de l’équipe américaine de développement des moins de 18 ans, Thomas Speer.

Joueur de crosse

Dans les rangs scolaires, Knight a joué à la crosse comme attaquant et ce sport l’a aidé à mieux se préparer physiquement et à lire les jeux au hockey.

«C’est un sport où le jeu est en mouvement constamment, un peu comme le hockey. Cela fait travailler votre quotient intellectuel, a affirmé le principal intéressé. Il s’agit d’interpréter ces différentes façons de faire et de comprendre le développement d’un jeu.»

Toutefois, il y a davantage à saisir, dont l’importance de plancher sans cesse pour progresser. Le jeune homme de 6 pi et 3 po et 197 lb n’a ainsi pas l’intention de décevoir son nouvel employeur ayant fait le pari en le sélectionnant.

«En étant un gardien, vos erreurs sont plus évidentes et vous êtes plus sous les feux de la rampe si ça ne fonctionne pas bien. Donc, je comprends certaines organisations de ne pas choisir un gardien tôt, a-t-il dit. Mais vous pouvez toucher le gros lot avec des gars comme Price, [Marc-André] Fleury et Vasilevskiy, tous des athlètes de classe mondiale. Vous n’avez pas de chance de gagner sans un bon gardien.»