/news/transports
Navigation

Ouverture du pont Samuel-De Champlain: un événement couru et estimé

Coup d'oeil sur cet article

Les sourires étaient sur toutes les lèvres des automobilistes qui ont été les premiers à franchir le nouveau pont Samuel-De Champlain, lundi. Si l’engouement est déjà marqué pour la structure qui a coûté 4,5 milliards $, les gens qui ont pu l’emprunter et avec qui Le Journal s’est entretenu estiment que chaque aspect architectural bat sur toute la ligne l’ancien pont.

Près de 520 véhicules électriques rassemblés

Photo tirée de Facebook

Plusieurs centaines de propriétaires de véhicules électriques s’étaient donné le mot pour être présents dès l’ouverture du nouveau pont.

« En quelques jours d’avis, on a réussi à rassembler 517 voitures, c’est vraiment impressionnant, souligne Martin Archambault, porte-parole de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ).

Le moment le plus marquant est survenu juste avant de partir, lorsque tout le monde a démarré son véhicule. C’était le silence total. J’avais rarement vécu quelque chose de semblable. »

Trois stationnements du Quartier DIX30 ont été utilisés afin d’accueillir tout ce beau monde. Certains propriétaires de véhicule électrique sont même partis de Québec, de Gatineau ou encore de Trois-Rivières afin de vivre ce moment.

Sujet à la mode sur les réseaux sociaux

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Malgré l’interdiction de tenir en main un téléphone cellulaire lorsqu’on est au volant, un nombre incalculable de personnes ont immortalisé leur passage sur le nouveau pont en filmant la scène, comme cet homme, un des premiers à rouler sur l’ouvrage. Signe de l’époque dans laquelle nous vivons, plusieurs internautes ont partagé des images sur les réseaux sociaux pour souligner qu’ils étaient présents lors de la journée d’ouverture.

« C’est Bien mieux et bien plus agréable »

Photo tirée de Facebook

Aux dires des automobilistes qui ont emprunté le pont Samuel-De Champlain, la structure est une réussite architecturale et une amélioration par rapport au « vieux pont ». « La vue sur Montréal est magnifique, la route est moins cahoteuse parce qu’il y a moins de joints de dilatation. C’est bien mieux et bien plus agréable », souligne Marc Lottinville, de Sainte-Catherine. Sur la photo, on le voit attendre au petit matin en compagnie d’autres propriétaires de voitures électriques. « Il devrait y avoir moins de trafic sur le nouveau pont, comme l’entrée a plus de voies et est mieux configurée », estime quant à lui le motocycliste Éric Déry, de Chambly.

Elle souligne ses 62 ans sur le nouveau pont

Une retraitée de l’ancienne Agence métropolitaine de transport (AMT) a fait le détour par le pont Samuel-De Champlain pour souligner son 62e anniversaire avec une amie. « Je trouvais ça significatif, parce que lorsque je travaillais à l’AMT, j’avais œuvré sur ce projet qui était tellement intéressant, fait valoir Francine Rufiange Auger, qui réside sur la Rive-Sud, à Mercier. Nos amis et familles nous trouvaient bien drôles de faire ça le jour de la Saint-Jean, surtout que nous devions emprunter l’échangeur Turcot et le pont Mercier au retour. »

Rapidement congestionné

Photo Pierre-Paul Poulin

Victime de sa popularité, le nouveau pont Samuel-De Champlain n’a pas mis de temps à attirer les foules, lundi, dernier jour de ce long week-end de la fête nationale.

Au point où il s’est rapidement retrouvé congestionné, alors que ce n’était pas du tout l’heure de pointe habituelle. Des centaines d’automobilistes sont donc restés coincés dans le trafic à partir du début d’après-midi. Ils ont pu se consoler en ayant plus de temps pour admirer Montréal depuis un nouvel angle.

La chaleur dégagée par l’asphalte noir fraîchement peinturé du tablier routier a fait suer les conducteurs qui ont passé de longues minutes à taquiner l’accé­lérateur, eux qui devaient circuler à très basse vitesse.

Le mercure affichait à ce moment-là 25 °C, donnant toutefois l’impression qu’on était en pleine canicule. Le retour en ville après le long congé pourrait aussi en partie expliquer cet achalandage.

24 juin : Elle a vu juste !

Photo Martin Alarie

Une résidente de Montréal a eu un flair impeccable en devinant que le 24 juin serait la date d’inauguration officielle du nouveau pont Samuel-De Champlain.

Jacynthe Gamet, qui dit ne pas participer à beaucoup de concours, a reçu une carte-cadeau­­­ de 100 $ pour de l’essence­­­, dans le cadre d’un concours organisé par Le Journal.

Son choix relève somme toute d’un certain hasard, mais d’aucune prédiction précise, indique-t-elle.

« Je me disais qu’avec la fête nationale, ce serait une belle date symbolique pour ouvrir la voie aux Québécois », explique en riant Mme Gamet.

La récompense servira à couvrir une partie des dépenses pour les vacances imminentes de l’enseignante et sa petite famille.

« C’est une belle surprise. Ça va payer l’essence pour aller visiter l’Estrie », indique la dame de 39 ans, qui n’utilise le pont qu’à l’occasion, dans son Range Rover 2009. Je ne prends pas le pont tous les jours. C’est plus occasionnel pour visiter ma famille. »

Lorsque Le Journal a annoncé le concours, il était impossible de savoir qu’il y aurait deux dates d’ouverture. Nous annoncerons donc un autre gagnant la semaine prochaine, après le 1er juillet, lorsque les voies en direction sud seront ouvertes.

Ce qu’on peut voir sur le nouveau pont

Photo Martin Chevalier

Le REM

Des voies situées au milieu du tablier sont pour le moment occupées par de la machinerie. Elles accueilleront plus tard les rails du Réseau express métropolitain (REM), dont l’ouverture de l’antenne sud vers Brossard est prévue pour 2021.

Asphalte lisse

En plus d’être plus épais d’une trentaine de millimètres qu’à l’habitude, l’asphalte du nouvel ouvrage est particulièrement lisse. On y compte seulement huit joints de dilatation, contrairement à 57 pour l’ancien pont.

Piste multifonction

Elle doit accueillir les piétons et les cyclistes dès l’automne 2019. L’asphalte doit encore y être coulé à certains endroits et des portions des barrières de protection restent à poser.

Belvédères

Le nouveau pont, en plus d’être plus haut que son prédécesseur, est courbé, ce qui permet aux gens qui le traversent d’avoir une vue à couper le souffle sur le centre-ville de Montréal. Quatre belvédères permettront aux piétons et aux cyclistes de s’y attarder.

Signalisation

Des caméras disposées à intervalles réguliers retransmettront des images à un centre de surveillance situé dans l’arrondissement de LaSalle à Montréal et des luminaires bleus indiquent la position des téléphones d’urgence.

Maximum 80 km/h

La limite de vitesse sur la nouvelle structure est de 10 km/h plus élevée que sur l’ancien pont.

L’accotement

Il est réservé aux autobus. Lundi vers 13 h 30, un policier y avait déjà intercepté un automobiliste.

- Textes de Vincent Larin et Jonathan Tremblay